Cet article date de plus de dix ans.

Un fragment d'un manuscrit de Léonard de Vinci a été découvert par hasard à la médiathèque de Nantes

C'est un journaliste du quotidien Presse-Océan qui a fait cette trouvaille. Le document avait été donné à la ville par un collectionneur il y a 137 ans.Oublié tout ce temps, il a fait sa réapparition de manière complètement fortuite, après la découverte de son existence dans une biographie consacrée au célèbre artiste italien.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Fragment de manuscrit découvert à la médiathèque de Nantes, qui serait de la main de Léonard de Vinci (6 décembre 2010) (AFP / Frank Perry)

C'est un journaliste du quotidien Presse-Océan qui a fait cette trouvaille. Le document avait été donné à la ville par un collectionneur il y a 137 ans.

Oublié tout ce temps, il a fait sa réapparition de manière complètement fortuite, après la découverte de son existence dans une biographie consacrée au célèbre artiste italien.

De Milan à Nantes, il y a désormais un lien qui se nomme Léonard de Vinci. C'est un journaliste du quotidien Presse-Océan qui l'a tissé par le plus grand des hasards.

De retour d'Italie et de la cité lombarde, le journaliste a voulu compléter son voyage par la lecture d'une biographie de l'artiste italien rédigée par Serge Bramly (éditions Lattès). Il y a fait une découverte déconcertante: un fragment du maître serait conservé à la bibliothèque de Nantes.

Du côté de la direction de la médiathèque Jacques-Demy, nulle connaissance d'un tel trésor. Après deux semaines de recherche intensive, le précieux document a fini par être découvert, plus de 130 ans après avoir été déposé dans les réserves. Il faisait partie d'un lot de 3000 lettres et autographes cédés à la ville en 1873 par un collectionneur de renom, Pierre-Antoine Labouchère (1807-1873), un peintre nantais qui séjourna longtemps en Italie.

A la fin du XIXe siècle, lors de son référencement, le fragment de manuscrit de Léonard de Vinci avait été noté "ni faux ni suspect". Son authenticité quasi certaine, il reste désormais aux chercheurs à déchiffrer les lignes inscrites sur le bout de papier de 10cm sur 20 cm. Léonard de Vinci (1452-1519), qui a vécu au château du Clos Lucé à Amboise les trois dernières années de sa vie, était gaucher. Le texte est écrit en italien mêlé de dialecte lombard, le tout agrémenté d'une orthographe personnelle et écrit de manière inversée.

C'est parmi ce même fonds que les conservateurs avaient exhumé et authentifié il y a trois ans une partition inédite de Mozart. Frédérique Baron, chargée du service patrimoine de la médiathèque, a d'ores et déjà annoncé que la collection Labouchère, qui rassemble des manuscrits de monarques, hommes politiques, révolutionnaires, artistes, hommes et femmes de lettres, n'avait pas fini de révéler tous ses secrets.

Le fragment authentifié par un expert italien
Le fragment de manuscrit attribué à Léonard de Vinci (1452-1519) redécouvert à Nantes a été identifié et certifié par un expert international, interviewé dans l'édition de mardi de Presse-Océan.

Selon Carlo Pedretti, historien italien spécialiste de Léonard de Vinci installé à Los Angeles, l'existence de ce fragment de manuscrit "a été publiée la première fois par Renzo Ciachi en 1957. Cet auteur a identifié le fragment de la bibliothèque de Nantes comme une partie issue du Codex Atlanticus" (recueil des notes de l'artiste, ndlr).

"Il s'agit de notes sur l'air et le vent, en rapport avec une étude sur le vol des oiseaux." Il "date d'environ 1504", estime-t-il, soit au moment où il peignait sa fameuse Joconde.

Le manuscrit nantais est un fragment, dont "on connaît la page originale grâce à une photographie de 1872", selon Carlo Pedretti. On en a désormais deux fragments mais un troisième a disparu, explique-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.