Cet article date de plus de dix ans.

Un enfant de neuf ans a été interné trois jours cette semaine à Marseille dans une unité psychiatrique pour adultes

"Cet enfant ne relève pas d'un enfermement psychiatrique. Son sort pathétique a ému tout le monde. C'était des conditions quasi indignes (...) mais nous n'avions pas d'autre solution", a déclaré le secrétaire général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM).Selon Christian Rossi, il n'y a "aucune structure adaptée dans la région".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'hôpital de la Conception, à Marseille (archives). (AFP/MICHEL GANGNE)

"Cet enfant ne relève pas d'un enfermement psychiatrique. Son sort pathétique a ému tout le monde. C'était des conditions quasi indignes (...) mais nous n'avions pas d'autre solution", a déclaré le secrétaire général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM).

Selon Christian Rossi, il n'y a "aucune structure adaptée dans la région".

Selon lui, le garçon avait été amené en début de semaine, agité et sanglé sur un brancard, aux urgences pédiatriques. Il a fallu trouver "une solution en urgence" pour le prendre en charge, en l'occurrence le pôle psychiatrique adulte de l'hôpital de la Conception. Il y a été placé en cellule car "il aurait eu besoin d'un adulte en permanence".

A la suite d'une réunion convoquée vendredi par l'AP-HM, une solution a été trouvée via une association, qui suivra désormais l'enfant dans un établissement privé, avec cinq personnes à temps plein financées par l'Assistance publique, a précisé Christian Rossi.

Cette affaire a soulevé l'émotion de la communauté hospitalière. Selon l'AP-HM, l' Agence régionale de santé, alertée par Christian Rossi, a estimé que l'affaire relevait de l'Assistance publique.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.