Cet article date de plus de huit ans.

Trafic des TER légèrement perturbé pour la Saint-Sylvestre

En cause : des grèves locales. La direction de la SNCF évoque un mouvement "très marginal".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
A la gare de Bordeaux (Gironde), le 9 juillet 2012. (LOIC VENANCE / AFP)

Le trafic des TER est légèrement perturbé, lundi 31 décembre, dans plusieurs régions. Elles sont touchées par des appels à la grève locaux, notamment de contrôleurs. La direction de la SNCF parle d'un mouvement "très marginal" et  évoque un retour à la normale dès mardi, sans pouvoir préciser les motifs de ces mouvements. Les syndicats n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

Alors que les TGV et Transiliens roulent normalement, certains axes TER des régions Aquitaine, Centre, Poitou-Charentes et Nord-Pas-de-Calais étaient touchés lundi, de même que certains en Bretagne, selon les indications données par les sites internet TER SNCF par région. Certains préavis courent jusqu'à mercredi 8 heures.

Des mouvements locaux très divers

Dans le Sud-Est, la direction régionale SNCF PACA a signalé "peu de perturbations" et a précisé qu'"une trentaine de trains sur l'ensemble de la région ont été remplacés par des bus". En Rhône-Alpes, seuls quelques TER étaient légèrement affectés "en raison d'un mouvement sur Marseille qui a des incidences en vallée du Rhône", a indiqué la direction régionale de la SNCF.

A Marseille, deux préavis ont été déposés, du 28 décembre au 2 janvier. L'un concerne la traction et a été déposé par la CGT, la CFDT, SUD et FO. L'autre concerne les contrôleurs et a été déposé par SUD-Rail seul.

Dans la région Midi-Pyrénées, les conducteurs font grève tous les lundis depuis la mi-novembre pour réclamer notamment de nouvelles embauches, à l'appel de la CGT, de l'Unsa et de SUD-Rail. La circulation des TGV et des intercités est normale, tandis que les circulations sur les lignes de TER étaient assurées à 60% environ grâce à l'appoint de cars de substitution.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.