Toute la France est en soldes

Après la Lorraine le 2 janvier puis les Landes et les Pyrénées-Atlantiques le 4 janvier, le coup d'envoi des soldes d'hiver est donné à 8 heures dans le reste de la France.

Un homme prépare les soldes d\'hiver dans un magasin de vêtements à Hirson (Aisne), le 10 janvier 2012.
Un homme prépare les soldes d'hiver dans un magasin de vêtements à Hirson (Aisne), le 10 janvier 2012. (FRED HASLIN / LE COURRIER PICARD / MAXPPP)

Le coup d'envoi a été donné à 8 heures. Après la Lorraine le 2 janvier puis les Landes et les Pyrénées-Atlantiques le 4 janvier, les soldes d'hiver débutent dans le reste de la France mercredi 11 janvier, en magasins et sur internet. Ils dureront jusqu'au 14 février. Le ministre de l'Economie François Baroin et le secrétaire d'Etat au Commerce Frédéric Lefebvre ont donné le traditionnel coup d'envoi des soldes dans les grands magasins parisiens du boulevard Haussmann.

François Baroin a "espéré" que ces cinq semaines de promotions hors normes puissent "favoriser" la consommation "dans une période un peu morose".

Les Français moins dépensiers 

Les Français devraient toutefois être un peu moins nombreux cette année à faire les soldes d'hiver : 76 % contre 85 % l'année dernière. Il seront également moins dépensiers, avec un budget moyen en diminution de 7 euros, à 244 euros, selon un sondage Ipsos pour le Conseil national des centres commerciaux (CNCC).

Une tendance confirmée par un autre sondage, réalisé par BVA et relayé par Les Echos, selon lequel 36 % des Français considèrent que les soldes "ne servent plus à rien". "Ce désintérêt est particulièrement fort chez les jeunes", relève le quotidien économique.

Fréderic Lefebvre mise sur les touristes

Au motif que les tour-opérateurs privilégient les villes qui, comme Londres, ouvrent leurs magasins le dimanche, le secrétaire d'Etat au Commerce, Frédéric Lefebvre, "invite les élus à autoriser les commerçants qui le souhaitent à ouvrir le premier dimanche des soldes" à Paris et dans les zones touristiques, a-t-il déclaré dans un entretien publié mercredi dans Le Parisien. Ces ouvertures devraient "s'inscrire dans le cadre des cinq dimanches d'ouverture prévus par la loi."

"Pour 60 % des visiteurs de la capitale, fait valoir le secrétaire d'Etat, soit 17 millions de touristes, les soldes et le shopping sont des motivations de venues."