Cet article date de plus d'onze ans.

Onze pays de l'UE prêts à taxer les transactions financières

Les transactions entre institutions financières sont notamment visées. Après avoir obtenu l'aval des autres Etats membres, les signataires, dont la France, attendent désormais "un texte pratique et rapide" de la Commission européenne.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un trader prend son déjeuner face à ses écrans d'ordinateur, le 19 août 2011 dans la société d'investissement Aurel BGC, à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

L'idée d'une taxe sur les transactions financières fait son chemin. Onze pays de l'Union européenne ont obtenu l'aval des autres Etats membres pour la mettre en place, a annoncé le ministre français de l'Economie solidaire, Benoît Hamon, mardi 22 janvier. Selon lui, "une coopération renforcée a été adoptée", lors de la réunion des ministres des Finances des 27 à Bruxelles.

La France, l'Allemagne, la Belgique, le Portugal, la Slovénie, l'Autriche, la Grèce, l'Italie, l'Espagne, la Slovaquie et l'Estonie en sont les premiers signataires. Il s'agissait de l'ultime feu vert dont avaient besoin ces onze pays, qui attendent désormais un "un texte pratique et rapide" de la Commission européenne, pour cette coopération fiscale inédite entre des pays européens. "C'est positif car il y a onze Etats de l'UE qui vont mettre en place une taxe qui commence à dessiner ce qu'est le monde post-Lehman Brothers", a expliqué Benoît Hamon, faisant allusion à la banque d'investissement multinationale qui a fait faillite en 2007.

La taxe vise notamment les transactions entre institutions financières, comme les banques, les Bourses, les sociétés d'investissement ou les hedge funds. Elle s'appliquera à chaque fois qu'un des deux établissements au moins est établi dans l'Union européenne. Les échanges d'action et d'obligation seraient taxés à un taux de 0,1% et les contrats dérivés à un taux de 0,01%.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.