Cet article date de plus de dix ans.

Selon la cour des comptes jeudi, les comptes sociaux ont accusé pour 2010 un déficit record, à 29,8 milliards d'euros

"Jamais le déficit de la Sécurité sociale n'a atteint un niveau aussi élevé qu'en 2010. A 29,8 milliards, le déficit cumulé des régimes de base et du fonds de solidarité vieillesse a un caractère historique.Il a plus que triplé en deux ans", souligne le rapport annuel de la Cour sur la Sécurité sociale.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
"Nous sommes le seul pays à avoir un déficit durable de cette importance au niveau des comptes sociaux", selon M. Migaud (AFP PHOTO / BERTRAND GUAY)

"Jamais le déficit de la Sécurité sociale n'a atteint un niveau aussi élevé qu'en 2010. A 29,8 milliards, le déficit cumulé des régimes de base et du fonds de solidarité vieillesse a un caractère historique.

Il a plus que triplé en deux ans", souligne le rapport annuel de la Cour sur la Sécurité sociale.

"C'est un poison lent, une drogue dont il faut se désintoxiquer. Nous
sommes le seul pays à avoir un déficit durable de cette importance au niveau des comptes sociaux", a déclaré le premier président de la cour Didier Migaud.

"Le niveau exceptionnellement élevé des déficits ne s'explique que partiellement par la crise économique. Moins de la moitié de celui du régime général provient de la faiblesse de la conjoncture", selon la Cour qui précise que sur le 1,2 point de Produit Intérieur Brut (PIB) qu'a représenté en 2010 le déficit du régime général, les "facteurs structurels" ont compté pour 0,7 point.

Selon la Cour, les déficits se sont aggravés en 2010 dans toutes les branches de la Sécu, maladie, famille, retraites, accidents du travail/maladies professionnelles. Et concernant le Fonds de solidarité vieillesse, qui verse le minimum vieillesse pour les personnes âgées ne touchant pas de retraites, il est, selon la Cour, "chroniquement sous-financé".

Pour la branche vieillesse, les magistrats de la rue Cambon alertent sur le régime des exploitants agricoles dont le déficit, qui a dû être financé par recours à un emprunt bancaire, "est également très préoccupant".

L'accumulation des déficits, d'année en année, fait gonfler la dette sociale qui a atteint un total de 136,2 milliards fin 2010. Cette dette sociale "représente en elle-même une anomalie", a estimé la Cour qui constate que "aucun de nos grands voisins européens n'accepte de déséquilibres durables de sa protection sociale".

Lire aussi

>>

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.