Cet article date de plus de douze ans.

Ségolène Royal dit non à Martine Aubry

Ségolène Royal a décliné l'offre de Martine Aubry d'entrer dans les instances dirigeantes du PS
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Ségolène Royal (© France 3)
Ségolène Royal a décliné l'offre de Martine Aubry d'entrer dans les instances dirigeantes du PSSégolène Royal a décliné l'offre de Martine Aubry d'entrer dans les instances dirigeantes du PS

A sa place, la présidente de la région Poitou-Charentes a proposé que Kamel Chibli, adjoint au maire de Lavelanet dans l'Ariège "rejoigne le Bureau national", a déclaré Guillaume Garot, porte-parole de Mme Royal et député-maire de Laval.

Elle "assume déjà "avec beaucoup d'énergie la vice-présidence de l'Internationale socialiste" a-t-il souligné.

Le député de la Mayenne a par ailleurs indiqué que "Ségolène Royal considère qu'une nouvelle génération doit pouvoir accéder aux responsabilités. Fidèle à l'idée de la France métissée, elle veut confier des responsabilités à des citoyens de toutes origines" a-t-il ajouté.

Kamel Chibli, jeune élu de 32 ans d'origine marocaine, issu de la vie associative, est membre du Conseil national (Parlement) du Parti socialiste. Il est maire-adjoint chargé des écoles, des transports, et de l'enfance de Lavelanet, petite commune ariégeoise de 6.700 habitants dirigée par le socialiste Marc Sanchez.

Certains ont accepté l'offre de Martine Aubry
Outre Ségolène Royale, la première secrétaire a proposé mercredi à Laurent Fabius, Bertrand Delanoë, François Hollande et Vincent Peillon de réintégrer les instances dirigeantes ou de s'impliquer dans la campagne électorale à venir. L'ancien Premier ministre Laurent Fabius et le maire de Paris, Bertrand Delanoë, ont accepté de revenir siéger au Bureau national, l'exécutif du parti qu'ils avaient quitté pour faire de la place à de nouveaux dirigeants.

En revanche, l'ancien Premier secrétaire François Hollande et Vincent Peillon n'ont pas encore fait connaître leur décision.

L'ancien ministre de la Justice de François Mitterrand Robert Badinter, "sage" du PS, coordonnera lui les travaux sur la charte éthique sans toutefois prendre la présidence du comité, comme on l'espérait dans l'entourage du premier secrétaire. "

Les suites de la consultation
Lors du référendum interne, les militants du PS ont validé le principe de primaires présidentielles ouvertes avant 2012, le non-cumul des mandats et la parité totale dans les instances et sur les listes électorale du PS.

Les adhérents ont également donné mandat à la direction pour rédiger une charte éthique et créer un comité chargé de faire respecter les règles de droit au sein du PS. Une commission va travailler sur les nouveaux statuts qui seront soumis au vote des militants en juin prochain.

Les régionales de mars s'annoncent délicates pour le PS qui détient actuellement 20 des 22 régions métropolitaines.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.