Cet article date de plus de neuf ans.

Sarkozy reconnaît la "responsabilité historique" de la France dans l'abandon des harkis

Le président honore ainsi une promesse faite en 2007 à la communauté des harkis et de leurs descendants.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nicolas Sarkozy au Kremlin-Bicêtre, dans le Val-de-Marne, le 14 avril 2012, peu avant son départ pour Perpignan. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Pour les familles des harkis longtemps ignorées par la France, c'était un geste très attendu. Nicolas Sarkozy a officiellement reconnu samedi 14 avril à Perpignan la "responsabilité historique" de la France dans le sort de ces Algériens qui ont aidé la France pendant la guerre d'Algérie.

Persécutés dans leur pays à la fin de la guerre en 1962, sans protection, beaucoup se sont retrouvés ensuite en France sans ressources. Beaucoup d'entre eux ont transité par Perpignan. Leurs descendants accusent la France de les avoir abandonnés à la colère de leur compatriote. Une reconnaissance officielle de l'Etat français était une revendication de la communauté, promise par Nicolas Sarkozy en 2007.

"Rien ne peut excuser l'abandon de ceux qui avaient fait le choix de la France"

"La France se devait de protéger les harkis de l'histoire, elle ne l'a pas fait. La France porte cette responsabilité devant l'histoire, c'est cette responsabilité que je suis venu reconnaître ici à Perpignan", a déclaré le président de la République dans son discours. "Rien ne peut expliquer, rien ne peut excuser l'abandon de ceux qui avaient fait le choix de la France".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.