Cet article date de plus de douze ans.

Royal veut aider le PS à changer en profondeur

L'ex-candidate à la présidentielle estime avoir une responsabilité particulière pour rassembler les forces du PS
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Ségolène Royal veut oeuvrer à relever la gauche (© France 2)
L'ex-candidate à la présidentielle estime avoir une responsabilité particulière pour rassembler les forces du PSL'ex-candidate à la présidentielle estime avoir une responsabilité particulière pour rassembler les forces du PS

"L'été nous invite à faire une pause, à prendre du recul et de la hauteur", écrit dans une lettre envoyée vendredi aux adhérents de son association, Mme Royal.

Ne voulant pas ajouter sa voix à la cacophonie du PS, elle souligne que le parti a plus que jamais besoin de travail, d'idées neuves et de sérénité et souhaite à tous, un bon été!

"Travaillons à relever la gauche, face à une droite arrogante et trop sûre d'elle-même. Travaillons à rendre possible une nouvelle espérance", fait valoir la présidente de la région Poitou-Charentes.

Rappelant qu'elle a "porté les couleurs de la gauche à l'élection présidentielle de 2007", elle assure avoir "porté l'exigence de la rénovation lors du débat du Congrès" de Reims, en novembre dernier. "Cela me crée des devoirs. J'ai, en effet, une responsabilité particulière : celle d'agir pour rassembler nos forces et aider le PS à changer vraiment, en profondeur", poursuit-elle, expliquant qu'elle ne veut "pas être instrumentalisée dans un quelconque courant ou sous-courant, à l'heure où le PS souffre d'être si fragmenté".

Mme Royal indique donc qu'elle ne prendra "pas part aux multiples initiatives de courants qui vont avoir lieu cet été" et invite "tous ceux qui partagent l'espoir d'un monde nouveau" à "venir nombreux, le samedi 19 septembre à Montpellier, pour la fête de la Fraternité". "Bon été à tous. Rendez-vous à la rentrée, en grande forme!", conclut-elle.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.