Cet article date de plus de dix ans.

Roselyne Bachelot a annoncé mardi l'installation de quatre groupes de travail sur la dépendance

Ils seront chargés d'étudier le financement, la prospective, les modes de prise en charge et la place du vieillissement, a précisé la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale sur France 2.Roselyne Bachelot doit ouvrir ses consultations politiques sur la question en recevant mardi soir le patron de l'UMP Jean-François Copé.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Roselyne Bachelot aux 4 Vérités sur France 2 (4 janvier 2011) (F2)

Ils seront chargés d'étudier le financement, la prospective, les modes de prise en charge et la place du vieillissement, a précisé la ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale sur France 2.

Roselyne Bachelot doit ouvrir ses consultations politiques sur la question en recevant mardi soir le patron de l'UMP Jean-François Copé.

Elle n'a "ni confirmé ni infirmé" qu'un secrétaire d'Etat serait nommé pour prendre en charge spécifiquement le thème de la dépendance.

Actuellement, 80% de la dépendance est financée par l'Etat et l'assurance maladie. Les départements en financent 20% (Allocation personnalisée d'autonomie et Aide sociale à l'hébergement).

Nicolas Sarkozy a mis à l'agenda de 2011 la réforme de la dépendance, promesse de campagne maintes fois reportée. Elle vise à assurer une meilleure prise en charge des personnes âgées- soins, hébergement, aides- alors que les coûts explosent du fait du vieillissement de la population (près de 12 millions de plus de 75 ans en 2060 selon l'Insee) et que le fardeau devient insoutenable pour les familles modestes.

Les pistes possibles suscitent des polémiques: créer une nouvelle branche de la sécurité sociale, recourir à une assurance privée, augmenter l'impôt des retraités ou puiser dans les successions.

La ministre a rappelé que "nous avons actuellement 1,2 million de personnes âgées qui sont en perte d'autonomie et 500.000 pratiquement qui sont accueillies dans des établissements pour personnes âgées". De plus, "80.000 personnes supplémentaires sont touchées chaque année par la perte d'autonomie", a-t-elle rappelé.

Consultations et groupes de travail
"J'ai commencé un certain nombre de consultations. Aujourd'hui je vais installer les quatre groupes de travail qui ont été décidés par le Premier ministre", a indiqué Roselyne Bachelot.

Le premier "va étudier le financement" et sera présidé par Bertrand Fragonard, le président du Haut conseil de la famille, a-t-elle dit. Un autre "va étudier la prospective", c'est-à-dire "qu'est ce que ça va coûter, qu'est ce que ça va devenir la dépendance", sous la présidence de Jean-Michel Charpin, l'ancien directeur de l'Insee.

Un troisième va "étudier les modes de prise en charge". Il sera présidé par Evelyne Ratte, l'ancienne préfète du Limousin. Un quatrième, mené par Annick Morel, inspectrice générale des affaires sociales, "va réfléchir sur ce qu'est la place du vieillissement de la personne âgée dans notre société".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.