Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo "Le lycée doit être la prochaine étape de nos réformes", annonce Hollande

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Pour Hollande, le lycée sera la "prochaine étape" de réforme de l'Education
FRANCE TELEVISONS
Article rédigé par
France Télévisions

Le président de la République a prononcé un discours dans une école d'Orléans (Loiret), jeudi, jour de la rentrée scolaire.

Dans son discours à l'occasion de la rentrée scolaire, jeudi 1er septembre, François Hollande a d'abord longuement défendu son bilan après des réformes controversées, avant de se projeter dans l'avenir : le lycée "doit être maintenant la prochaine étape de nos réformes", a-t-il estimé.

"Pour les prochaines années, (...) nous devons renforcer encore un certain nombre de changements, notamment entre le collège et le lycée", a dit le président de la République lors de son discours dans une école d'Orléans (Loiret). Cette démarche concerne aussi bien le lycée général que le lycée professionnel. "Ils doivent être eux aussi tournés vers les enjeux d'avenir", vers "les métiers d'avenir". "Nous devons aussi faire en sorte de mieux assurer la transition entre le lycée et l'enseignement supérieur", a poursuivi le président.

Des policiers ou des militaires ont été vus aux abords des établissements scolaires français, ce jeudi. Une rentrée "pas comme les autres" en raison du risque d'attentats, a aussi rappelé François Hollande. Ces mesures de vigilance étaient prises pour que les élèves puissent aller "à l'école sans peur".



La visite du président s'est déroulée sans incidents, à l'exception d'un comité d'accueil syndical devant l'école, tenu à distance par les forces de l'ordre. Environ 70 personnes ont manifesté, notamment des salariés de Philips qui protestaient contre le projet de fermeture du site de La Motte-Beuvron (Loir-et-Cher).


Petit comité d'accueil syndical devant l'école à l'arrivée de Hollande

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Rentrée scolaire 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.