Vendée : une rentrée en calèche

Pourquoi emprunter le bus ou le métro si l’on peut se rendre à l’école en calèche ? À Boullé-Courdault, en Vendée, c’est une jument qui assure le voyage.

France 3

Le projet a été mis en place l’an dernier : une jument, Tania, vient chercher les enfants sur le chemin de l’école. "On entend la calèche qui arrive de loin, donc c’est vraiment agréable. Et souvent ils chantent dans la calèche, ils sont vraiment contents d’y être", commente Vanessa Naudon, une parent d’élève. Jusqu’à vingt enfants peuvent être transportés sur ce parcours d’un peu plus de deux kilomètres sur la route départementale.

Prendre le temps de vivre

Tania a été achetée 4 000 euros et choisie pour sa gentillesse et sa force, mais aussi sa proximité avec les enfants. Les parents ne déboursent pas plus que pour le car : 11 euros chaque mois, le reste étant financé par la commune et la région à hauteur de 50%. "Dans le monde rural on a encore la chance de pouvoir prendre le temps de vivre. On voulait que les enfants traversent le Marais poitevin en découvrant la faune et la flore", explique le maire de Boullé-Courdault, Stéphane Guillon.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une calèche (photo d\'illustration).
Une calèche (photo d'illustration). (RICHARD VILLALON / MAXPPP)