Rentrée : ce qui change en primaire et au collège

Cette rentrée est marquée par l'application de plusieurs réformes clés du quinquennat de François Hollande. Passage en revue. 

Parmi les mesures annoncées, la simulation d\'attentat avec intrusion et la mobilisation de 3000 réservistes de la gendarmerie nationale.
Parmi les mesures annoncées, la simulation d'attentat avec intrusion et la mobilisation de 3000 réservistes de la gendarmerie nationale. (MAXPPP)

Mise en œuvre de réformes phares du quinquennat et mesures de sécurité renforcées : la rentrée scolaire, jeudi 1er septembre, la dernière avant la présidentielle, comporte plusieurs changements de taille pour les 12,4 millions d'élèves et leurs 860 000 enseignants.

Une rentrée sous haute sécurité 

Dans un contexte de menace d'attentats, les ministères de l'Education et de l'Intérieur ont présenté la semaine dernière une série de mesures visant à renforcer la sécurité des établissements scolaires, cités parmi les cibles du groupe jihadiste Etat islamique (EI). Par exemple, un exercice "attentat intrusion" par an sera obligatoire dans chaque établissement.

La réforme du collège

La très controversée réforme du collège introduit l'interdisciplinarité. Elle consiste à mêler plusieurs disciplines au sein d'un même cours, par exemple physique-chimie et biologie autour du thème "Comment survivre sur Mars". Déjà pratiquée par certains enseignants, elle permet, selon une partie de la communauté éducative, de donner plus de sens aux apprentissages. Ses détracteurs y voient au contraire un affaiblissement des disciplines, piliers traditionnels du système scolaire français.

La réforme avance aussi d'un an l'enseignement de la deuxième langue vivante – en cinquième –, supprime une partie des classes bilangues (deux langues étrangères dès la sixième) et les options latin et grec, suivies par moins de 20% des élèves de cinquième à la rentrée 2015.

Cette rentrée, l'initiation aux langues et cultures de l'Antiquité sera suivie par 70% des élèves de cinquième, et 20% sont inscrits pour l'enseignement de complément des langues anciennes, selon le ministère. "Non, l'arabe ne sera pas obligatoire, le latin n'aura pas disparu et la maîtrise de la langue française sera plus que jamais une exigence fondamentale", assure la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem. 

Par ailleurs, chaque collégien aura désormais 26 heures de cours par semaine. Enfin, les élèves de sixième bénéficieront de trois heures d'accompagnement personnalisé (AP) obligatoires par semaine. De la cinquième à la troisième, cet accompagnement sera réduit à une heure. Ces heures d'AP seront organisées sur les heures de cours, et ne s'y ajouteront pas, comme c'était le cas auparavant. 

De nouveaux programmes du CP à la troisième 

Parmi les principales nouveautés de cette rentrée figure également la mise en œuvre simultanée de nouveaux programmes, du CP à la troisième. Ils remplacent ceux conçus en 2008, critiqués pour leur lourdeur, qui les rendait, selon les enseignants, impraticables. Les programmes ne sont plus annuels mais étalés sur un cycle de trois ans. Ainsi, un élève qui n'a pas acquis un savoir en CP pourra l'approfondir en CE1 ou en CE2. 

Un "programme des programmes" définit tout ce que l'élève doit avoir acquis à l'âge de 16 ans. Il s'agira d'un "socle commun de connaissances, de compétences et de culture". Celui-ci est constitué de cinq domaines, rapportent Les Echos : "Les langages pour penser et communiquer (langue française, vivantes étrangères, langages des arts...), les méthodes et outils pour apprendre (outils numériques, projets individuels et collectifs...), la formation de la personne et du citoyen (valeurs fondamentales et principes de la Constitution...), les systèmes naturels et les systèmes techniques (fondements de la culture scientifique et technologique...) et les représentations du monde et de l'activité humaine (conscience de l'espace géographique et du temps historique…)."

Un brevet des collèges rénové

Conséquence de la réforme du collège, le brevet évolue. Le contrôle continu portera désormais non plus sur les disciplines mais sur le nouveau socle commun, qui comporte les cinq domaines cités ci-dessus. La maîtrise de chaque point du socle évalué pourra alors être considérée "insuffisante" (10 points), "fragile" (25 points), "satisfaisante" (40 points) ou "très bonne" (50).

C'est lors du dernier conseil de classe de troisième que sera faite la synthèse de ces résultats de la cinquième à la troisième. Puis les candidats plancheront sur deux épreuves écrites, l'une autour des sciences, l'autre autour du français et des sciences sociales.