Une idée pour la France : un restaurant gastronomique à 1 euro le menu

Publié
Une idée pour la France : un restaurant gastronomique à 1 euro le menu
France 2
Article rédigé par
V. Heurtel, T. Souman, P. Vaireaux, N. Thévenot - France 2
France Télévisions

Dans la rubrique "Une idée pour la France" du 13 Heures lundi 21 février, la journaliste Valérie Heurtel nous emmène à Marseille (Bouches-du-Rhône) dans un restaurant qui vient d’ouvrir avec une formule totalement inédite : pour le même menu gastronomique, deux tarifs sont proposés, 25 euros pour ceux qui ont les moyens et 1 euro pour les plus démunis.

Merlan frit avec crème de blette, ou effilochée d’agneaux, gnocchis et citrouille confite. Un type de menu d’habitude inaccessible pour des personnes en situation de précarité. Mais au restaurant Le République à Marseille (Bouches-du-Rhône), elles peuvent régler leur repas un euro seulement. La formule solidaire est simple : à chaque service, la moitié des clients payent le tarif normal de 25 euros et c’est une partie de leur addition qui sert à financer les menus des bénéficiaires. Après une semaine d’ouverture, le restaurant affiche complet chaque midi.

Des astuces pour payer moins cher au restaurant

C’est un chef étoilé qui a lancé ce restaurant à double clientèle. Sébastien Richard est lui-même entièrement bénévole. Pour que le concept soit viable financièrement, il a obtenu des subventions et fédéré autour de lui une multitude de mécènes et partenaires. À partir du 1er avril, le restaurant solidaire ouvrira le soir également, sept jours sur sept. À Paris, il existe un restaurant qui fonctionne plus ou moins sur le même principe : La Salle à manger, dans le quartier de La Défense. 
 
Il y a également des astuces pour payer moins cher dans les restaurants. "Il y a des créneaux en semaine où les restaurants cassent les prix à condition de réserver sur Internet, comme sur le site The Fork", explique la journaliste Valérie Heurtel. Autre bon plan pour payer moins cher : les restaurants des écoles hôtelières.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.