Cet article date de plus de quatre ans.

À Marseille, les marins-pompiers formés à la survie en mer dans un nouveau bassin

Les marins-pompiers de Marseille sont formés à la survie en mer dans leur nouveau bassin d'entraînement pour pouvoir intervenir dans n'importe quelle situation d'urgence maritime. franceinfo a suivi l'un de leurs stages d'entraînement. 

Article rédigé par
Marie-Christine Lauriol - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les marins-pompiers de Marseille ont désormais un nouveau bassin d'entraînement dans le port de Marseille. Ici, lors du 76e anniversaire du BMP en 2015. (FRANCK PENNANT / AFP)

À Marseille, les marins-pompiers sont formés à la survie en mer. Le bataillon s'entraîne désormais dans son tout nouveau bassin situé dans le périmètre du grand port maritime. Ils s'exercent à intervenir dans toutes les situations d'urgence maritime pour pouvoir être opérationnels au plus vite le moment venu. Ils s'entraînent par exemple à la récupération de personnes, la lutte contre l'hypothermie, l'organisation de la survie en radeau... mais c'est surtout le simulateur de crash d'hélicoptères qui attire les stagiaires.

Le principe est simple : suspendue par une grue au-dessus du bassin, la cabine d'hélicoptère est amenée à la surface de l'eau. À l'intérieur, trois hommes sont en situation de crash, vêtus d'une combinaison aéronautique et d'un casque de pilote. Le scénario commence : "Les moteurs de l'hélicoptère vont passer en partie haute (...) et la cabine va basculer donc les gens se retrouvent la tête en bas en apnée", explique le major Gilles Alvarez. "Le but c'est de sortir en 10 à 20 secondes maximum de l'hélicoptère."

Un bassin à 400 000 euros payé par la Ville

Le bassin d'entraînement qui permet d'effectuer ces simulations a coûté 400 000 euros à la Ville. L'investissement est utile, selon Julien Ruas, l'élu en charge du bataillon. "C'est parce que notre port a des conditions de sécurité optimales qu'on reçoit autant de croisiéristes, autant de conteneurs et qu'on a tout ce trafic", assure l'adjoint. 

Les compétences et le savoir-faire acquis lors des entraînements sont utilisés bien au-delà des rivages de la Méditerranée. "Depuis maintenant un an, nous avons en permanence 40 marins-pompiers qui sont d'alerte et prêts en deux heures. Quel que soit le feu sur un navire en France, à quai ou à la mer, les marins-pompiers sont au pied de l'avion en deux heures et ils partent." Avec tout ce dispositif, l'objectif du bataillon de marins-pompiers est de devenir un pôle d'excellence en termes de sécurité maritime en France et en Europe.

Le reportage de Marie-Christine Lauriol
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Provence-Alpes-Côte d'Azur

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.