Cet article date de plus de treize ans.

Pour ses 80 ans, la Fête de l'Huma qui a réuni 600.000 personnes a concentré les attaques sur la réforme des retraites

Pour son premier discours à La Courneuve, sur la Grande scène de la Fête comme secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, la voix éraillée, a appelé à une "guerre citoyenne et pacifique" face à "ce pouvoir en guerre contre le monde du travail".Sur les retraites, "rien, nous ne lâcherons rien, nous allons vous battre M. Sarkozy" a-t-il lancé.
Article rédigé par France2.fr avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Christian Picquet (Gauche unitaire), Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche) et Pierre Laurent, secrétaire national du PCF (AFP - Miguel MEDINA)

Pour son premier discours à La Courneuve, sur la Grande scène de la Fête comme secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, la voix éraillée, a appelé à une "guerre citoyenne et pacifique" face à "ce pouvoir en guerre contre le monde du travail".

Sur les retraites, "rien, nous ne lâcherons rien, nous allons vous battre M. Sarkozy" a-t-il lancé.

Et d'annoncer une "une mobilisation sociale phénoménale" en brandissant une carte postale ("Assez Sarkozy !") à envoyer à l'Elysée. Applaudissements nourris.

Peu auparavant, Benoît Hamon (PS) avait reconnu que les différents partis de gauche avaient "des positions différentes sur des aspects de la réforme", notamment sur l'allongement de la durée des cotisations.

Mais "personne ne brisera ni le front syndical (...) ni le front politique", a assuré le porte-parole du PS, car il y a un "accord général à gauche sur la remise en cause de cette réforme-là".

Nombreux sont ceux qui pensent que la présidentielle se joue dans ce débat. Pour le Front de gauche (PCF-PG), la Fête aura donc aussi été le lieu pour lancer le chantier de son "programme partagé" pour 2012.

Un projet qui sera décidé sur le terrain par les sympathisants au cours des prochains mois alors que le PCF se targue d'avoir rallié plus de 1.500 adhérents dans les allées de la Fête (135.000 militants revendiqués).

Quel candidat pour 2012 ?
Reste à choisir le candidat. Jean-Luc Mélenchon, qui semble favori, s'est vu opposer, au premier jour de la Fête, André Chassaigne. Mais la réalité de la candidature du député PCF du Puy-de-Dôme, qui joue sa carte d'élu de terrain, est discutée, certains n'y voyant qu'une "mascarade" avant que la direction ne soutienne officiellement l'ex-socialiste.

Car l'hypothèse qui semble tenir la corde en coulisses est la suivante: à Mélenchon la présidentielle et aux communistes la quasi-totalité des sièges aux cantonales et législatives. D'autres pourtant au PCF parient que la mayonnaise prendra autour de la candidature Chassaigne.

Soulignant que MM. Mélenchon et Chassaigne étaient tous les deux "crédibles", Pierre Laurent s'est, lui, porté "garant" que "la guerre des égos n'aura pas lieu".

Les communistes ont renvoyé leur décision au congrès de juin 2011. Mais M. Mélenchon en est déjà convaincu : en 2012, le Front de gauche "va casser la baraque".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.