Cet article date de plus de douze ans.

Plusieurs messages du site de micro-blogging Twitter épinglent les propos de Jean-Paul Guerlain prononcés sur France 2

Interrogé, dans le journal de 13H de France 2, sur la création du parfum Samsara, M. Guerlain a répondu: "pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin...".Les utilisateurs de Twitter ont réagi immédiatement en dénonçant des propos aux relents racistes.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Paul Guerlain sur le plateau du 13h de France 2, le 15 octobre 2010 (France 2)

Interrogé, dans le journal de 13H de France 2, sur la création du parfum Samsara, M. Guerlain a répondu: "pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin...".

Les utilisateurs de Twitter ont réagi immédiatement en dénonçant des propos aux relents racistes.

Les mini-messages évoquent "M. Guerlain et ses relents de racisme colonial", "Guerlain le parfumeur... qui pue", "les effluves nauséabondes de M. Guerlain " ou encore sa "grosse sortie raciste".

Les excuses de Jean-Paul Guerlain
En réaction à son interview de ce jour sur France 2, Monsieur Jean-Paul Guerlain déclare dans un communiqué d'excuses : « Je présente mes excuses à tous ceux qui ont pu être blessés par les propos choquants que j"ai tenus au journal télévisé de 13 heures sur France 2 aujourd"hui vendredi 15 octobre. Mes paroles ne reflètent en aucun cas ma pensée profonde mais relèvent d"un dérapage hors de propos que je regrette vivement. »

Monsieur Jean-Paul Guerlain a également tenu à souligner qu"il assumait seul la responsabilité de ses propos. Il n"est plus actionnaire de Guerlain depuis 1996, ni salarié depuis 2002. Il regretterait que ses propos puissent ternir l"image de l"entreprise et de ses salariés alors qu"ils n"en sont responsables en rien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.