Cet article date de plus de neuf ans.

Plus de 2 milliards d'euros à trouver pour la branche famille de la Sécu en 2016

C'est ce que préconise le Haut Conseil de la famille chargé de proposer une réforme des prestations familiales.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une fillette dans une crèche, à Firmi (Aveyron), le 14 janvier 2013. (ERIC CABANIS / AFP)

La branche famille de la Sécurité sociale a besoin de 2,2 milliards d'euros pour revenir à l'équilibre en 2016, estime le Haut Conseil de la famille (HCF). Le "déficit prévu" en 2016 est de 1,7 milliard, auquel s'ajoutent 500 millions d'euros "de mesures en faveur des familles pauvres et modestes" annoncées par le gouvernement en décembre, indique un rapport dont l'AFP a obtenu copie, lundi 11 mars. Au total, l'instance chargée de proposer une réforme des prestations familiales chiffre donc le "besoin de financement" à 2,2 milliards, ajoute le rapport qui doit être examiné par le HCF jeudi, confirmant une information du quotidien économique Les Echos.

Pour 2013, le déficit prévu s'élève à 2,6 milliards d'euros, rappelle le HCF, qui laisse entendre qu'il faudra faire des économies sur les prestations. "La pression à opérer sur les ménages par un ajustement de leurs prestations sociales et fiscales sur la période 2014/2016 (...) est significative", commente le HCF. Néanmoins, il ajoute qu'elle n'est pas "aberrante", notamment au regard des efforts effectués par "les pays voisins" pour redresser les comptes publics.

Le HCF a été chargé par le Premier ministre de prévoir des scénarios de réforme de la politique familiale pour fin mars. Au-delà de l'objectif "économies", le gouvernement veut en profiter pour mieux cibler les aides vers les plus modestes. Mais un éventuel plafonnement ou une imposition des allocations familiales, régulièrement évoqués, sont des hypothèses très controversées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.