Plainte contre Copé après ses propos sur le pain au chocolat

Le Conseil français du culte musulman a annoncé, jeudi, une plainte pour diffamation, jugeant que les propos de Copé alimentaient "l'islamophobie".

Le candidat à la présidence de l\'UMP, Jean-François Copé, le 6 octobre 2012 à Hyères (Var).
Le candidat à la présidence de l'UMP, Jean-François Copé, le 6 octobre 2012 à Hyères (Var). (JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP)

POLITIQUE – "Il est des quartiers où je peux comprendre l'exaspération de (...) pères ou mères de famille rentrant du travail le soir, apprenant que leur fils s'est fait arracher son pain au chocolat à la sortie du collège par des voyous qui lui expliquent qu'on mange pas pendant le ramadan." Pour le Conseil français du Culte musulman (CFCM), ces propos de Jean-François Copé, prononcés lors d'un meeting à Draguignan (Var) alimentent "l'islamophobie". Le CFCM a donc annoncé vouloir porter plainte pour diffamation contre le candidat à la présidence de l'UMP.

L'avocate mandatée par le CFCM, Me Khadija Aoudia, a indiqué avoir déposé plainte jeudi 11 octobre en fin de journée à Nîmes (Gard). Mais le parquet de la ville a expliqué ne pas en avoir été informé. Toutefois, le texte de la plainte a bien été transmis à l'AFP.

"Une atteinte à la dignité des Français musulmans"

Abdallah Zekri, président de l'observatoire national contre l'islamophobie au CFCM, a expliqué avoir pris cette initiative pour protester contre ces "propos et discours diffamatoires à l'égard de tous les Français de confession musulmane". "Nous avons ressenti l'histoire du petit pain au chocolat de M. Copé comme une atteinte à la dignité des Français musulmans et donc une atteinte aux valeurs républicaines", a-t-il estimé. 

Il juge que "M. Copé se moque des valeurs républicaines qui honorent notre pays" et estime que le secrétaire général de l'UMP "nous conte l'histoire d'un pain au chocolat volé pour conserver son poste".

Distribution gratuite de pains au chocolat

Mercredi matin, des bénévoles du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) ont répliqué à Jean-François Copé à leur manière. Ils ont distribué à Paris des pains au chocolat pour "créer un dialogue autour de l'islamophobie", en réponse aux déclarations récentes du candidat à la présidence de l'UMP. Ils ont aussi donné un tract appelant à "réagir contre l'islamophobie".

L'opération a été baptisée "Pains au chocolat pour tous", et a été menée devant la gare Saint-Lazare. Les bénévoles, une vingtaine d'hommes et de femmes, dont certaines voilées, se sont postés à 8 heures devant une entrée de la gare.

Une bénévole du Collectif contre l\'islamophobie en France (CCIF) distribue un pain au chocolat, le 10 octobre 2012 à Paris.
Une bénévole du Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) distribue un pain au chocolat, le 10 octobre 2012 à Paris. (THOMAS SAMSON / AFP)

"Notre objectif est de créer un dialogue autour des questions du racisme et de l'islamophobie", a déclaré le porte-parole du Collectif, Marwane Muhammad. "Ce qui nous intéresse, c'est de capter le sentiment des citoyens, de changer les perceptions (...) et de ramener les discussions sur un champ rationnel", a-t-il ajouté.