Cet article date de plus de quatre ans.

Angers : six personnes interpellées après des violences lors d'une manifestation antifasciste

La ville d'Angers a immédiatement condamné "avec la plus grande fermeté les violences et dégradations inadmissibles". Elle a ajouté qu'elle allait "déposer plainte".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le centre-ville d'Angers (Maine-et-Loire), le 14 août 2017. (MAXPPP)

La manifestation a dégénéré. Six personnes ont été interpellées samedi 22 septembre à Angers lors d'une manifestation antifasciste émaillée de violences attribuées à des black blocs, a indiqué la préfecture du Maine-et-Loire. Alors que tout se déroulait sans incident, des violences se sont produites en toute fin de manifestation vers 16h30.

"Un certain nombre de black blocs s'en sont pris à quatre vitrines de banques, il y a eu un début d'incendie sur l'une d'entre elles, qui a rapidement été maîtrisé", a précisé la préfecture. Sur Twitter, un utilisateur a diffusé quelques images.

"Il n'y a pas de blessé. Pour le moment, il y a six interpellations", a-t-on ajouté. Entre 250 et 300 personnes de la mouvance ultra-gauche avaient défilé dans le centre-ville, pour protester notamment contre un bar associatif, l'Alvarium, tenus par des jeunes d'extrême droite. Les manifestants ont tenté de s'approcher du bar, mais ont été bloqués par les CRS et la manifestation s'est ensuite dispersée.

Rapidement sur les réseaux sociaux, la ville d'Angers a condamné "avec la plus grande fermeté les violences et dégradations inadmissibles". Elle a ajouté qu'elle allait "déposer plainte".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Angers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.