Cet article date de plus de sept ans.

Armé d'une tronçonneuse, il vole une défense de l'éléphant de Louis XIV

Un jeune homme a été arrêté, dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu'il venait de s'enfuir avec l'objet. Il a été placé en garde à vue à Paris. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le squelette de l'éléphant de Louis XIV, dont une défense a été tronçonnée, le 30 mars 2013 au Muséum d'histoire naturelle à Paris. ( FRANCE 2 / FRANCETV INFO)

C'est le bruit de la tronçonneuse qui a donné l'alerte. Un jeune homme a été arrêté par la police, dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 mars, alors qu'il venait de découper une défense d'éléphant dans la galerie de paléontologie du Muséum national d'histoire naturelle, à Paris. L'animal, actuellement à l'état de squelette, avait été offert à Louis XIV par le roi du Portugal en 1668.

Un individu, âgé de 20 ans, s'est introduit par effraction au Muséum, en escaladant des piques de 25 cm et brisant une vitre de 8 cm d'épaisseur. Une fois dans la "galerie d'anatomie comparée", qui renferme de très nombreux squelettes, dont celui de l'éléphante, il a sectionné sa défense gauche. Il s'est enfui avec l'objet mais a été arrêté par la brigade anti-criminalité (BAC) dans une rue voisine. Le cambrioleur a été placé en garde à vue et une enquête confiée aux policiers de la sûreté parisienne. La procédure devrait permettre d'en savoir plus sur les motivations du vandale, comme l'explique le reportage de Nicolas Bertrand pour France 2.

Francetv info

La défense a été rendue au musée

Le journaliste de France 2 s'est rendu au Muséum, où le squelette a été rendu et recouvert d'un papier protecteur. Le ministère de la Recherche "apportera son concours" aux équipes du musée pour "étudier les conditions de sa restauration", a-t-il assuré dans un communiqué.

Le Muséum est, avec les 62 millions de spécimens qu'il abrite, l'un des premiers établissements mondiaux de ce type, avec le Natural History Museum de Londres. Outre sa Grande galerie de l'évolution, il comporte une galerie de paléontologie et d'anatomie comparée, ainsi que de nombreux autres départements abritant différentes collections (animaux vivants ou naturalisés, plantes vivantes, objets ethnographiques...).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.