Cet article date de plus de dix ans.

Paris demande à la Commission européenne de prendre des mesures face à la situation migratoire en Mediterranée

Dans un courrier adressé samedi à Bruxelles, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant souligne que la France "attend, comme beaucoup d'autres en Europe, des propositions et une action vigoureuse de la part de la Commission".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Claude Guéant, le 28 février 2011 à Chartres. (AFP - Lionel Bonaventure)

Dans un courrier adressé samedi à Bruxelles, le ministre de l'Intérieur Claude Guéant souligne que la France "attend, comme beaucoup d'autres en Europe, des propositions et une action vigoureuse de la part de la Commission".

Cette demande est aussi une réponse à la commissaire européenne chargée de l'Immigration Cécilia Malmström qui avait condamné les contrôles d'identité mis en place par la France dans les Alpes-Maritimes à la frontière italienne à seule fin d'intercepter des migrants tunisiens.

De fait, une quarantaine de clandestins tunisiens sont interceptés chaque jour et renvoyés à Vintimille, en Italie.

Mme Malmström avait en outre estimé, lors d'une conférence de presse à Bruxelles, que "les autorités françaises ne peuvent pas renvoyer (les migrants tunisiens) en Italie".

Dans sa réponse à la commissaire européenne, le ministre de l'Intérieur "lui fait part de son étonnement devant la mise en cause, dans ses déclarations, des réadmissions (renvois, Ndlr) d'étrangers en situation irrégulière auxquelles la France est amenée à procéder".

Le gouvernement français est persuadé d'être dans son bon droit, M. Guéant assurant que les "contrôles opérés dans la zone frontalière (...) dans la bande des 20 km le long de la frontière intérieure sont également conformes au droit européen".

Lire aussi:

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.