Cet article date de plus de trois ans.

Perpignan : procès d'une série de meurtres

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Perpignan : procès d'une série de meurtres
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Le procès très attendu de l'affaire des disparues de la gare de Perpignan (Pyrénées-Orientales) va s'ouvrir lundi 5 mars.

La gare de Perpignan (Pyrénées-Orientales) serait elle maudite ? Entre septembre 1995 et février 2001, quatre jeunes femmes disparaissent dans le quartier : Tatiana Andujar, Mokhtaria Chaib, Marie-Hélène Gonzalez et Fatima Idrahou. La journaliste Corine Sabouraud se souvient de la découverte du premier corps, atrocement mutilé. "À ce moment-là, il y a une véritable psychose. Le quartier de la gare est devenu le triangle de la mort", se rappelle-t-elle. Le dernier meurtre est rapidement élucidé, mais pour les trois autres, l'enquête piétine 

Confondu 17 ans après

Le tueur en série que les enquêteurs cherchent n'est pourtant pas loin. Il habite à l'époque à deux pas de la gare. Jacques Rançon vient de sortir de prison, condamné pour viol. Il est interrogé, mais ne retient pas l'attention des enquêteurs. C'est l'ADN qui va le confondre 17 ans après les faits. Il avoue un premier meurtre puis un second. Pour l'avocat des parties civiles, ce prédateur sexuel n'a pas tout dit. Jacques Rançon comparaît ce lundi après-midi pour les viols et meurtres de deux femmes, mais aussi une tentative de viol et une tentative de meurtre, quatre victimes en seulement neuf mois.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pyrénées-Orientales

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.