Nîmes: sur les traces des gladiateurs

Zoom sur les arènes de Nîmes, dans le Gard, un lieu vivant, qui accueille toute l'année des concerts ou ferias, merveilleusement conservé ; il y a 2 000 ans, on y croisait surtout des gladiateurs.  

France 3

La pierre blanche des arènes de Nîmes (Gard) ne saurait pas faire oublier le sang versé aux combats. Sur cette piste, tant de rêves de gloire ont mordu la poussière. Ici, les plus grands gladiateurs de l'époque gallo-romaine ont triomphé ou mis genou à terre devant 25 000 spectateurs. Il y a 2 000 ans, la paix s'est installée dans l'empire romain. Nîmes est une ville prospère, grâce au commerce du vin. Un amphithéâtre a été construit, où les habitants viennent se divertir devant les jeux romains.

Parmi les arènes les mieux conservées du monde romain

On connait même des noms de gladiateurs. Grâce à des fouilles, on a trouvé des lampes à l'huile à leur effigie. Le plus connu combattait torse nu, sans casque. Ses seules armes : un trident et un filet. À cette époque-là, les gladiateurs ne sont plus des esclaves, mais des sportifs de haut niveau. Les arènes de Nîmes sont parmi les mieux conservées du monde romain. Le monument n'a pas encore révélé tous ses mystères : des galeries sous terre restent à être explorées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les arènes de Nîmes (Gard) accueillent chaque année 400 000 visiteurs.
Les arènes de Nîmes (Gard) accueillent chaque année 400 000 visiteurs. (JACQUES BOUSSAROQUE / AFP)