Nouvelle-Calédonie : l'aéroport international de Nouméa va rouvrir lundi et le couvre-feu débutera désormais à 20 heures dans l'archipel

Ces décisions ont été prises "au regard de l'amélioration de la situation" sur place. Lundi, les élèves de primaires, collèges et lycées reprendront aussi progressivement le chemin de l'école.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un appareil sur le tarmac de l'aéroport de Nouméa-Magenta, le 6 août 2019. (DELPHINE MAYEUR / HANS LUCAS / AFP)

L'aéroport international de Nouméa, fermé depuis le 14 mai en raison des fortes tensions en Nouvelle-Calédonie, rouvrira lundi 17 juin, a annoncé le haut-commissariat de la République dimanche. La décision de rouvrir l'aéroport a été prise en raison de "la circulation en journée (...) rendue possible sur la RT1", une double voie express reliant le centre de Nouméa à l'aéroport international de La Tontouta, et longtemps inaccessible à cause des nombreux barrages installés par les manifestants indépendantistes. 

Des gendarmes procèdent régulièrement depuis une semaine au déblaiement de la route, s'assurant que les barrages ne sont pas refaits après leur passage. Seuls quelques rares vols, sur dérogation, avaient pu se faire dernièrement, avec des passagers placés sur listes d'attente.

Vers un retour à la vie normale

Le haut-commissariat de la République, représentant de l'Etat français sur le territoire, a également modifié les horaires du couvre-feu qui courrait de 18 heures à 6 heures "au regard de l'amélioration de la situation et afin de faciliter le retour progressif à la vie normale". Le couvre-feu débutera désormais à 20 heures. "L'interdiction de la vente d'alcool [avec une exception pour les cavistes], de vente et de transport d'armes" est prolongée.

Lundi, les élèves de primaires, collèges et lycées reprendront progressivement le chemin de l'école, selon les zones et les établissements. Au total, ce sont quelque 3 500 effectifs de forces de sécurité qui sont déployés en Nouvelle-Calédonie, où vivent environ 270 000 personnes. Selon le dernier bilan dimanche, les émeutes ont fait 9 morts, dont 2 gendarmes, et "aucun nouveau décès n'est à déplorer", a souligné le haut-commissariat, qui fait état de 248 policiers et gendarmes blessés et 1 187 personnes interpellées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.