Cet article date de plus d'un an.

Manche : une association dénonce le refoulement d'une embarcation de migrants, la préfecture maritime dément

Selon Utopia 56, qui invoque d'autres refoulements en Méditerranée, "c'est la première fois qu'un tel cas de refoulement forcé est identifié dans la Manche".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des migrants traversent la Manche, le 5 août 2021. (MAXPPP)

Une action qu'elle juge "illégale et dangereuse". L'association Utopia 56 a dénoncé, mardi 31 mai dans un communiqué, le "refoulement" inédit vers les côtes françaises d'une embarcation de migrants partis vers l'Angleterre le 6 mai dernier. Selon l'association, qui invoque d'autres refoulements en Méditerranée, "c'est la première fois qu'un tel cas de refoulement forcé est identifié dans la Manche". Une version récusée par la préfecture maritime, qui assure qu'il s'agissait d'un sauvetage. Selon le communiqué diffusé le jour même par cette dernière, le bateau vedette Eulimène de la brigade nautique de la gendarmerie nationale de Calais avait été engagé après avoir identifié une embarcation en difficulté. La vedette avait récupéré "à son bord 19 naufragés", ensuite déposés sur la plage de Sangatte.

Mais d'après les témoignages qu'Utopia a recueillis, l'embarcation "ne présentait aucun problème technique, quand, vers 6h20, deux bateaux de gendarmerie l'ont encerclée et ont tourné autour à quatre ou cinq reprises, provoquant des vagues qui ont eu pour effet de remplir le bateau d'eau d'une vingtaine de centimètres", entraînant la panique des migrants. Selon l'association encore, "il n'a jamais été proposé" aux passagers "de monter sur un bateau de la gendarmerie et leur embarcation a été tractée jusqu'à la plage". "Toutes les personnes interrogées s'accordent à dire qu'aucun appel de secours n'a été passé depuis le bateau et que la méthode d'intervention a contribué à leur mise en danger", pointe Utopia.

"La préfecture a menti et fait comme si c'était un sauvetage", a dénoncé le délégué général d'Utopia, Yann Manzi. "Il n'y a pas de consignes de refoulement, nous en restons à notre mission de sauvetage, notre ligne de conduite n'a pas bougé d'un iota", a ensuite réagi la préfecture maritime. Sa porte-parole, Véronique Magnin, a toutefois reconnu que le communiqué du 6 mai comportait une erreur, les migrants ayant de fait été remorqués.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.