Cet article date de plus de neuf ans.

Nicolas Sarkozy resserre les rangs avant 2012

Le président a réuni jeudi à l'Elysée plusieurs jeunes pousses de l'UMP et quelques vieux amis. Au menu : la crise, la campagne et DSK. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président Nicolas Sarkozy lors d'une conférence de presse au G20 de Cannes, le 3 novembre 2011. (THOMAS COEX / AFP)

A l'Elysée, on maintient la pression avant la campagne électorale. Nicolas Sarkozy, occupé par la crise européenne, a réuni amis et espoirs de la droite jeudi 10 novembre, selon des informations rapportées par Le Parisien et Le Figaro. Objectif : préparer la bataille de 2012. 

Quelques jeunes élus comme Eric Ciotti, Christophe Béchu, Valérie Rosso-Debord, Franck Riester, Bruno Retailleau ainsi que Salima Saa se sont ainsi retrouvés autour d'une table pour une réunion informelle. Le président n'a pas oublié ses proches : Yves Jégo, Brice Hortefeux, Christian Estrosi ou encore Renaud Muselier étaient aussi de la partie. FTVi passe en revue les thèmes abordés. 

• Sarkozy prépare sa campagne

"J'ai besoin de visages qui incarnent l'avenir sans s'inscrire dans tel ou tel courant de l'UMP". C'est ainsi que le chef de l'Etat a accueilli, jeudi, ses invités. Il l'a dit lors de son intervention à la télé, le 27 octobre : la campagne ne débutera pas avant "fin janvier, début février". Mais il motive déjà ses troupes : la campagne s'annonce difficile et Nicolas Sarkozy veut du sang neuf pour se battre. 

• "Concentré" sur la crise

Il l'a bien précisé au cours de la réunion : "Les Français ne comprendraient pas que je ne sois pas complètement concentré sur ma tâche." Cette tâche, c'est la crise européenne. Nicolas Sarkozy donne de sa personne pour éviter une contagion au pays. "Je suis concentré sur la crise", a-t-il assuré à ses invités. 

Le chef de l'Etat a d'ailleurs souligné le succès de son G20, organisé la semaine dernière à Cannes. Il le sait, sa gestion de la situation économique délicate aura des conséquences en 2012. 

• Prudence sur les sondages

Selon Le Parisien, le président s'est également félicité de sa remontée dans les sondages. Mais il entend garder la tête froide : "Il faut beaucoup d’humilité face à ça. Je constate que je suis désormais jugé en valeur relative et plus en valeur absolue. Les choses ne se passeront pas comme on l’a dit."

• Guérini, DSK : les casseroles qui réjouissent l'UMP

Les invités ont aussi ri des casseroles du PS : l'affaire Guérini et les textos de DSK dans l'affaire du Carlton de Lille. Le Parisien rapporte ainsi une plaisanterie de Renaud Muselier : "Je constate que le PS est aussi pourri au nord qu’au sud !" Eclat de rire général… et sourire de Nicolas Sarkozy, précise le quotidien. La guerre pour 2012 est bel et bien déclarée. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.