Cet article date de plus de neuf ans.

Moody's remet en garde la France sur la fragilité de son triple A

L'agence de notation a estimé lundi qu'une hausse des taux des obligations françaises sur les marchés financiers et des perspectives de croissance économique détériorées risquaient de nuire à la note de la France. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'agence de notation s'inquiète des perspectives de croissance faibles et d'une possible contagion de la crise de la dette à la France. (PHILIPPE WOJAZER / REUTERS )

La note triple A de la France est de nouveau dans le collimateur de l'agence de notation Moody's. Une hausse des taux des obligations françaises sur les marchés financiers et des perspectives de croissance détériorées risquent d'avoir des conséquences négatives sur la note de la France, s'inquiète l'agence. Celle-ci s'est donné trois mois, mi-octobre, pour étudier si elle devait revoir la perspective "stable" d'évolution de cette note.

Pourquoi la France risque de perdre son AAA ? "Des coûts de financement élevés et persistants pourraient accroître les difficultés que le gouvernement français rencontre, conjuguées à une perspective de croissance qui se détériore, avec des implications de crédit négatives", explique Moody's. 

Le spread inquiète. L'agence rappelle que "la semaine dernière, l'écart de taux (d'intérêts sur la dette) entre les titres à 10 ans français et allemands ont dépassé 200 points de base (2 points de pourcentage), un record depuis la création de la zone euro". Le marché obligataire considère avec méfiance la dette française, visée par les craintes de contagion de la crise de la dette en zone euro, qui semble n'épargner que l'Allemagne. Moody's fait aussi savoir qu'"avec une prévision du gouvernement de croissance du PIB d'à peine 1 % en 2012, un taux d'intérêt alourdi rendra plus difficiles à atteindre les objectifs de réduction des déficits"

L'austérité entraîne l'austérité. L'agence estime qu'en dépit des efforts annoncés par le gouvernement, certains "facteurs de risque important", tels que les perspectives de croissance et la crise de la dette européenne, peuvent déstabiliser l'économie française. Moody's ajoute que les mesures de rigueur pourraient nuire à la croissance et entraîner la France dans un cercle vicieux : "Les mesures d'austérité fiscale accroissent une pression fiscale déjà élevée et peuvent compromettre la croissance (...), ce qui peut entraîner la nécessité de plus d'austérité fiscale." 

Le modèle social français menacé ? Pour Moody's, la France pourrait ne pas être en mesure de maintenir son "modèle social" qui, selon elle "ne peut pas être financé si le potentiel de l'économie française n'est pas préservé".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.