Meurtre de la joggeuse : le portrait-robot d'un suspect a été réalisé

L'enquête de voisinage et l'appel à témoins lancé vendredi soir ont permis à la police de faire progresser l'enquête. 

Les enquêteurs à Coubessac près de Nîmes vendredi 25 janvier 2013, à l\'endroit où a été retrouvé le corps d\'une joggeuse de 34 ans. 
Les enquêteurs à Coubessac près de Nîmes vendredi 25 janvier 2013, à l'endroit où a été retrouvé le corps d'une joggeuse de 34 ans.  (NASSIRA BELMEKKI / MAXPPP)

L'enquête de voisinage et l'appel à témoins lancé vendredi 25 janvier soir a porté ses fruits. Dimanche 27 janvier, les enquêteurs du SRPJ de Montpellier en charge du dossier avaient pu dresser un portrait-robot d'un suspect du meurtre de la joggeuse de Nîmes. Il n'a pas encore été diffusé, les policiers pratiquant encore des vérifications.

Ces vérifications qui pourraient prendre deux à trois jours. Outre l'appel à témoins, depuis le début de l'enquête, les policiers ont passé au crible les données des fichiers des délinquants sexuels du Gard et des départements limitrophes. Des investigations ont également été lancées sur les habitants de secteurs de Courbessac, un paisible quartier résidentiel de Nîmes et sur les alentours.

Les premiers résultats de l'autopsie pratiquée vendredi 25 ont permis de confirmer que la victime, mère de trois enfants, a été tuée à l'arme blanche et victime d'une agression sexuelle. Selon une source proche de l'enquête, les résultats des analyses des traces biologiques prélevées sur la scène de crime, sur des objets et sur le corps de la jeune femme, devraient être connus lundi.