Mal-logés: Cécile Duflot envisage de réquisitionner les logements vacants

Elle rappelle que cette mesure a déjà été appliquée du temps de Jacques Chirac.

Cécile Duflot, ministre du Logement, après sa rencontre avec l\'association Droit au logement, le 27 octobre 2012.
Cécile Duflot, ministre du Logement, après sa rencontre avec l'association Droit au logement, le 27 octobre 2012. (JOEL SAGET / AFP)

FRANCE - A cinq jours de la trêve hivernale, la ministre du Logement Cécile Duflot n'a pas exclu samedi 27 octobre de mettre en oeuvre la réquisition de logements vacants, un dispositif rarement appliqué par le gouvernement, pour accueillir sans-abris et mal-logés.

"S'il est nécessaire, je ferai appel à l'ensemble des moyens disponibles, la réquisition fait partie de cette panoplie. Elle a déjà existé, elle a été mise en oeuvre notamment lorsque Jacques Chirac était président de la République parce que la crise était particulièrement difficile, chacun s'en souvient", a-t-elle déclaré lors d'un point-presse au ministère du Logement. "Elle peut faire partie des dispositions à mettre en oeuvre", a insisté la ministre qui s'est dite "extrêmement convaincue de la gravité de la situation".

"Aucun moyen ne doit être négligé"

Evoquant "des bâtiments vides depuis des années et qui ne servent à rien, quand des gens, des familles, sont à la rue", Cécile Duflot estime "qu'aucun moyen ne doit être négligé", sans toutefois préciser le calendrier ou les méthodes de mise en oeuvre de mesures de réquisition.

Les réquisitions ne sont qu'une réponse à la crise du logement dans un dispositif plus vaste, a précisé Cécile Duflot, rappelant l'annonce fin septembre d'un plan de 50 millions d'euros pour les sans-abris.Elle a également indiqué samedi avoir "lancé un appel à tous (ses) collègues pour que tous les biens de l'Etat vacants aujourd'hui puissent être mis à disposition", citant à cet égard des "anciens bâtiments de bureaux, anciennes casernes, hôpitaux qui ne servent pas".