Cet article date de plus de six ans.

Liberté d'installation, dépassements d'honoraires... la grogne monte chez les médecins libéraux

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Liberté d'installation, dépassements d'honoraires... la grogne monte chez les médecins libéraux -
Liberté d'installation, dépassements d'honoraires... la grogne monte chez les médecins libéraux Liberté d'installation, dépassements d'honoraires... la grogne monte chez les médecins libéraux - (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3
France Télévisions
France 3

La Cour des comptes a rendu, mercredi 29 novembre, un rapport dans lequel elle appelle les médecins libéraux à participer à l'effort économique collectif en préconisant une série de mesures contraignantes.

Les médecins libéraux peinent à croire les recommandations de la Cour des comptes. Celle-ci a préconisé dans un rapport du 29 novembre des mesures financières strictes afin de limiter les dépassements d'honoraires. Selon les Sages, ils atteignent une masse critique. "Elles représentent 2,6 milliards d'euros en masse, c'est tout à fait considérable, de plus en plus de médecins pratiquent ces dépassements", explique le président de la Cour. Pour contrer le phénomène, elle propose de déconventionner les médecins qui abusent des dépassements. Conséquence : les patients seraient remboursés à minima, et les salles d'attente se videraient très rapidement.

Fin de la liberté d'installation ?

Pour le président de la Confédération des syndicats médicaux français, Jean-Paul Ortiz, on pourrait parler de déconventionnement "s'il y avait trop de médecins en France. Alors on pourrait se permettre de choisir, mais aujourd'hui, on a du mal à trouver un médecin traitant, y compris dans les centres-villes". La Cour des comptes demande également aux médecins d'assurer plus de permanences le soir et le week-end, afin de désengorger les urgences. Leur rémunération en dépendrait. Enfin, les Sages entendent s'attaquer à la liberté d'installation en obligeant les jeunes médecins diplômés à aller s'installer temporairement dans les zones médicales désertées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.