Libéré de ses soucis judiciaires, le député de l'Essonne épingle quelques collègues dans une video sur le blog d'un ami

Sur le blog de son ami Nasser Ferradj, ancien dirigeant de SOS-Racisme, Julien Dray accuse notamment Arnaud Montebourg de s'être "comporté de manière honteuse" lors de ses démêlés avec la justice."Cette affaire m'a permis de me séparer peut-être d'une génération d'enfants gâtés" qui "se sont accrochés à moi et qui ensuite se sont tirés."

Julien Dray, invité du 12-13
Julien Dray, invité du 12-13 (France 3)

Sur le blog de son ami Nasser Ferradj, ancien dirigeant de SOS-Racisme, Julien Dray accuse notamment Arnaud Montebourg de s'être "comporté de manière honteuse" lors de ses démêlés avec la justice.

"Cette affaire m'a permis de me séparer peut-être d'une génération d'enfants gâtés" qui "se sont accrochés à moi et qui ensuite se sont tirés."

Objet d'une enquête pour des mouvements de fonds suspects, Julien Dray n'a finalement eu qu'un rappel à la loi et a été réintégré dans la campagne des régionales comme tête de liste PS dans l'Essonne, après en avoir été écarté, dans un premier temps, malgré le principe de présomption d'innocence.

Tout en saluant l'attitude de Vincent Peillon et Manuel Valls, "des dirigeants de valeur" qui "ont été courageux dans cette affaire", le député de l'Essonne rend aussi hommage à l'ancien patron du PCF Robert Hue, "un homme qui dans l'épreuve a été remarquable, d'une humanité extrême" et dont "aujourd'hui je suis plus proche que de la direction du Parti socialiste".

Julien Dray s'en prend, en revanche, violemment à Arnaud Montebourg. "Un jour ou l'autre on se retrouvera, parce que celui qui crache en l'air finit toujours par avoir le crachat qui lui retombe dessus", a-t-il averti.

Jean-Christophe Cambadélis en prend aussi pour son grade: "Il ne s'est pas bien comporté dans cette affaire (...) Il a un problème avec sa conscience" et "un jour ou l'autre il sera rattrapé par tout cela."

Concernant l'ancien dirigeant de SOS racisme Harlem Désir, devenu le "porte-flingue de Bertrand Delanoë", Julien Dray relate: "Quand je l'ai connu, il était déjà un peu rigide (...) on l'avait fait évoluer avec des copains c'était un très bon porte-parole de SOS racisme (...) et là, en fin de vie, il est revenu à ses origines... rigides."

Selon Julien Dray, "la question de créer une nouvelle force de toute la gauche est posée désormais". "Soit la direction du Parti socialiste sera capable de porter cela (...) soit elle n'est pas capable. A ce moment-là, elle devient un obstacle" et cet obstacle "il faudra le surmonter (...) Je ne vais pas fonder mon parti à côté mais je vais dire ce que je pense de l'état de la gauche" qui est dans un état de "délabrement".

La vidéo de Julien Dray postée sur le blog de Nasser Ferradj