Cet article date de plus d'onze ans.

Les services de Pôle emploi sur la sellette

Un récent rapport de l'Igas épingle les prestations proposées aux salariés licenciés
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Agence du Pôle Emploi (Archive) (© France 3 Normandie)
Un récent rapport de l'Igas épingle les prestations proposées aux salariés licenciésUn récent rapport de l'Igas épingle les prestations proposées aux salariés licenciés

En cause, selon le quotidien les Echos, les "Convention de reclassement personnalisé", une mesure qui permet à toute personne licenciée économique de bénéficier d'outils pour accélérer son retour à l'emploi.

Le journal, citant l'Inspection générale des affaires sociales, précise que 22% des personnes concernées ne sont même pas inscrits en suivi.

Le mécontentement des responsables de l'assurance chômage est tel qu'ils ont décidé de ne payer que 80% de la facture due à Pôle emploi (61 millions d'euros au lieu des 76 millions d'euros à régler fin août) affirme également le quotidien.

La direction de l'établissement public a seulement indiqué vendredi que le nombre de conseillers affectés à la CRP était à ce jour inférieur aux objectifs, avec "un conseiller pour 80 licenciés en CRP". "Mais l'objectif est bien d'atteindre 50 à la fin de l'année grâce aux efforts de recrutement et de formation en interne", assure-t-on à Pôle emploi.

Selon des sources syndicales interrogées en marge d'une négociation interprofessionnelle, le conseil d'administration de Pôle emploi a abordé jeudi ce problème qui sera, selon la représentante CFTC Gabrielle Simon, de nouveau approfondi lors d'une prochaine réunion, en principe le 18 décembre.

"Pôle emploi se trouve infichu de suivre les objectifs fixés par les partenaires sociaux. Au lieu d'avoir un accompagnant pour 50 demandeurs d'emploi en CRP, on en est plutôt à 150 ou 200", selon Maurad Rabhi, représentant CGT au conseil d'admnistration de Pôle emploi. "On sait que le niveau actuel de fonctionnement de Pôle emploi ne permet pas d'avoir un accompagnement individuel qu'on souhaitait", déplore-t-on aussi à la CFDT, Marcel Grignard parlant d'un "décalage entre objectifs et résultats" et réclamant une "réponse immédiate et de long terme".

"Ca va se régler", a pour sa part jugé Stéphane Lardy (FO), Alain Lecanu (CFE-CGC), qui minimise la portée du rapport en soulignant que "désormais beaucoup de demandeurs d'emploi en CRP sont adressés aux opérateurs privés de placement" (7.200 depuis la rentrée selon Pôle emploi).

En septembre, 71.000 personnes étaient en Convention de reclassement personnalisée (CRP), un chiffre presque triplé par rapport à septembre 2008 (+164,9%).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.