Les parents de Marina mis en examen

Les parents de Marina ont été mis en examen samedi pour homicide volontaire, séquestration et maltraitances

Marina
Marina (© France 3)
Les parents de Marina ont été mis en examen samedi pour homicide volontaire, séquestration et maltraitancesLes parents de Marina ont été mis en examen samedi pour homicide volontaire, séquestration et maltraitances

L'histoire de la disparition de la fillette, martyrisée depuis des mois, avait été montée de toute pièce. Le parquet a demandé l'incarcération des parents qui encourent la perpétuité.

Le père avait déclaré que la fillette de 8 ans avait mystérieusement disparue mercredi sur un parking d'un restaurant de la périphérie du Mans.

Au début du mois d'août, la fillette "a subi une scène de violence, puis a été placée dans la cave" du domicile familial, un pavillon dans lequel ils s'étaient installés récemment, à Ecommoy, dans la Sarthe, a expliqué Mme Moulin-Bernard, la procureur adjointe de la République. La magistrate a évoquée des "actes particulièrement brutaux". Sa mère dit l'avoir retrouvée ensuite inanimée.

Les parents qui ont cherché à dissimuler le corps ont expliqué à leurs quatre autres enfants que leur soeur "était partie à la mer".

Au cours de la garde à vue, les parents ont reconnus les faits. Ils ont également reconnu les maltraitances récurrentes, qu'ils ont parfois expliquées par le fait que "Marine avait souvent faim".

D'abord placé dans le congélateur, le corps de la fillette avait été mis ensuite dans un conteneur "dans lequel le père a coulé plusieurs kilos de béton", dans la banlieue du Mans où il travaillait.

Les conclusions des médecins légistes sur les causes de la mort de l'enfant ont été reportées dans l'attente de nouvelles expertises.

Une fillette maltraitée et affamée


La procureure adjointe a souligné samedi que le parquet du Mans n'avait été mis au courant que d'"un seul signalement de maltraitance" en juin 2008. Mais "à ce moment-là, cela s'est avéré négatif".

Plusieurs témoignages recueillis sur place, dont celui du directeur d'école et du maire d'une commune où la famille résidait avant de s'installer à Ecommoy, ont fait état d'une petite fille venant à l'école avec des hématomes et prenant le goûter de ses camarades sous le coup de la faim.

Mercredi soir, le père, accompagné de son fils de 10 ans, avait donné l'alerte expliquant que sa fille s'était volatilisée le temps d'aller chercher des repas. 150 gendarmes avaient alors entamé un vaste dispositif de recherches.