Cet article date de plus de dix ans.

Les objectifs en matière énergies renouvelables ne seront pas atteints sans réforme législative et efforts financiers

Le verdict est clair. La marge de manoeuvre pour atteindre l'objectif de 23% d'énergies renouvelables en 2020, l'est tout autant."Ce que nous réclamons, ce n'est pas uniquement des moyens financiers supplémentaires, c'est de diminuer les freins administratifs", a affirmé mardi Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER).
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Vue des éoliennes implantées dans le parc de Merdelou-Fontanelles, dans le sud Aveyron. (AFP)

Le verdict est clair. La marge de manoeuvre pour atteindre l'objectif de 23% d'énergies renouvelables en 2020, l'est tout autant.

"Ce que nous réclamons, ce n'est pas uniquement des moyens financiers supplémentaires, c'est de diminuer les freins administratifs", a affirmé mardi Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

A titre d'exemple, l'éolien. "Aujourd'hui, les recours devant les tribunaux administratifs sont devenus "quasi systématiques", a expliqué M. Bal ce qui retarde de deux ou trois ans les projets en la matière.

Par ailleurs, l'obligation d'installer au moins cinq mâts par parc handicape le développement de cette énergie dont l'objectif de croissance représente un quart des objectifs du Grenelle, a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

"On devra repasser par la case législative, car les moyens ne sont pas à la hauteur des objectifs", a-t-il ajouté.

"Ce n'est pas trop tard (...) mais c'est aujourd'hui que nous voulons tirer le signal d'alarme parce qu'effectivement si l'on attend 2015, là il sera trop tard (pour atteindre l'objectif)", a affirme le président du SER.

Tous les secteurs concernés

Sur les 20 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) de production supplémentaire nécessaires pour atteindre l'objectif du Grenelle, sept millions, soit 35% de la cible, ne seront pas réalisées, principalement dans la production de chaleur (bois, déchets, solaire thermique), a encore précisé le SER.

La France ambitionne aussi d'installer 19.000 MW de puissance éolienne terrestre d'ici 2020, un niveau que l'Allemagne a déjà atteint, contre un peu moins de 5.000 MW aujourd'hui.

Pour le solaire photovoltaïque, l'objectif de 5.500 MW installés sera probablement atteint d'ici 2020 mais sans qu'une véritable filière française industrielle puisse émerger.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.