Les entreprises épinglées pour leur inaction dans la gestion du stress au travail n'ont pas apprécié

Elles l'ont fait savoir au ministère du travail qui avait publié jeudi sur son site internet travailler-mieux.gouv.fr les listes des entreprises de plus 1.000 salariés remarquées pour leurs peu d'efforts dans la prévention du stress des salariés.Résultat: le ministère a fait ôter 24h plus tard, dès vendredi, les listes des plus mauvais élèves.

Elles l'ont fait savoir au ministère du travail qui avait publié jeudi sur son site internet travailler-mieux.gouv.fr les listes des entreprises de plus 1.000 salariés remarquées pour leurs peu d'efforts dans la prévention du stress des salariés.

Résultat: le ministère a fait ôter 24h plus tard, dès vendredi, les listes des plus mauvais élèves.Le site du gouvernement a connu une consultation importante, avec 1,2 million de pages vues jeudi.

Le gouvernement avait classé les entreprises en trois catégories en fonction de leurs efforts de prévention du stress au travail: rouge (celles qui n'ont rien entrepris ou n'ont pas répondu au questionnaire soumis par le ministère), orange (ont engagé une ou plusieurs réunions de négociations ou de discussions) et vert (ont signé un accord de fond ou de méthode).

"A l'issue de la première classification, de nombreuses entreprises classées en rouge ou en orange ont fait part au ministère du Travail de leurs intentions d'engager ou de poursuivre des démarches en matière de lutte contre le stress", écrit vendredi le ministère dans un message sur le site internet pour justifier le retrait des listes à problème.

Picard Surgelés, les foies gras Labeyrie, American Expres et le laboratoire pharmaceutique GSK, faisaient notamment partie de la liste rouge.

"Nous nous employons à préparer une nouvelle photographie de la situation des entreprises", a-t-il précisé. "Nous avons besoin de mettre à jour les listes, il faut le temps de traiter les nouveaux dossiers", a déclaré un porte-parole du ministère.

La liste verte est toujours visible "afin de montrer les bonnes pratiques" et elle sera mise à jour en continu.

A noter également que depuis cette publication jeudi, le classement en "vert" de certaines entreprises a été contesté sur la toile, voire critiqué avec virulence, par les salariés des entreprises en question.

Lire aussi:
>