Cet article date de plus d'onze ans.

Les deux passagers d'une auto ont péri samedi soir à un passage à niveau à Bueil, près d'Evreux, percutés par un TER

La collision s'est produite vers 18h30 avec un train express régional qui assurait la liaison Paris-Caen avec 570 passagers à bord, selon les gendarmes.La voiture, qui n'a pu quitter la voie, s'est encastrée sous le train qui s'est arrêté à 1,5 km de distance du lieu du choc, a précisé la SNCF. Les victimes ont été tuées sur le coup.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un passage à niveau à Saint-Laurent-de-la-Prée (Charente-Maritime), marqué par un accident mortel le 22 décembre 2009 (AFP / Xavier Léoty)

La collision s'est produite vers 18h30 avec un train express régional qui assurait la liaison Paris-Caen avec 570 passagers à bord, selon les gendarmes.

La voiture, qui n'a pu quitter la voie, s'est encastrée sous le train qui s'est arrêté à 1,5 km de distance du lieu du choc, a précisé la SNCF. Les victimes ont été tuées sur le coup.

Personne n'a été blessé dans le train. Les raisons pour lesquelles le véhicule se trouvait sur la voie restent inconnues. Le passage à niveau n'est pas classé comme dangereux, selon la SNCF.

Selon le site du Parisien, les personnes tuées dans la voiture sont une conductrice et son mari de 78 ans.

La collision a entraîné l'interruption du trafic pendant deux heures et des retards équivalents pour huit trains dans les deux sens sur la ligne Cherbourg-Caen-Paris, selon un communiqué de la SNCF.

Trois collisions mortelles en une semaine
C'est le troisième accident impliquant un passage à niveau en moins de huit jours. Vendredi soir, un automobiliste a péri dans la collision de sa voiture avec un TGV à un passage à niveau à Bourg-en-Bresse (Ain). Lundi matin, 20 décembre, (Nord), à bord de leur véhicule percuté par un TER à un passage à niveau. Celui-ci n'était également pas classé dangereux par la SNCF.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.