Cet article date de plus de dix ans.

Les avertisseurs de radars ne seront pas interdits en France mais transformés en avertisseurs de zones dangereuses

C'est ce qu'a déclaré vendredi le ministère de l'Intérieur à l'issue d'une réunion entre Claude Guéant et les fabricants.Le ministère a en outre confirmé sa décision d'enlever les panneaux signalant les radars fixes, qui a donné lieu à une vive polémique entre le gouvernement et les députés UMP.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Un radar, dit pédagogique, dans le nord de la France, le 25 mai 2011. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

C'est ce qu'a déclaré vendredi le ministère de l'Intérieur à l'issue d'une réunion entre Claude Guéant et les fabricants.

Le ministère a en outre confirmé sa décision d'enlever les panneaux signalant les radars fixes, qui a donné lieu à une vive polémique entre le gouvernement et les députés UMP.

"S'agissant du respect de la limitation de vitesse, il a été convenu que les avertisseurs de radars seront transformés en assistants d'aide à la conduite permettant de signaler les zones dangereuses", a encore précisé le ministère. Grâce à ces outils, "les zones dangereuses seront ainsi signalées sur la longueur de l'itinéraire afin de permettre aux automobilistes d'adapter leur vitesse en fonction des limitations et des circonstances", selon le texte.

Samedi, en réponse aux associations contre la violence routière s'inquiétant que ce ne soit qu'une manière de déguiser les avertisseurs de radars, le secrétaire d'Etat aux Transports Thierry Mariani a répondu: "Ce n'est absolument pas une mesure déguisée pour conserver les avertisseurs de radars. Les zones dangereuses ne seront pas systématiquement des zones où seront implantés des radars". Et d'ajouter: "Les zones dangereuses, ce sont les zones accidentogènes, pas forcément les zones où il y a des radars".

L'accord a été conclu lors d'une réunion entre le ministre de l'Intérieur et les représentants de l'Association française des Fournisseurs et utilisateurs de technologies et d'aide à la conduite (Afftac). Claude Guéant a rappelé à ses interlocuteurs la volonté du gouvernement d'imposer "l'interdiction d'avertir de la position exacte des radars".

"Il faut que les fabricants d'avertisseurs s'engagent à ne plus signaler ni les radars fixes ni les contrôles", a déclaré vendredi la présidente de la Ligue contre la violence routière. "Nous commençons à saturer avec les communiqués imprécis qui engendrent la confusion", a ajouté Chantal Perrichon, rappelant la "cacophonie" au sein de la majorité à propos du retrait des panneaux avertissant de la présence de radars.

Les usagers de la route appellent à manifester
Quatorze organisations d'usagers de la route, dont l'Union nationale des automobile clubs, se sont fédérées au sein d'une Union des usagers de la route contre la politique de sécurité routière "injuste" du gouvernement.

"Les usagers de la route refusent la menace permanente de sanctions disproportionnées" et "appellent à manifester le 18 juin 2011 dans toute la France pour dénoncer la politique de sécurité routière du gouvernement répressive, inadaptée et injuste", ont indiqué ces organisations dans un communiqué rendu public samedi.

"Les conducteurs de deux, trois, quatre roues ou plus ne sont pas tous des délinquants, et ils refusent d'être traités comme tels", souligne ce texte.

Outre plusieurs organisations d'automobilistes, l' Union des usagers de la route fédère des groupements de motards, comme la Fédération française des motards en colère, mais aussi des professionnels comme l' Association française des fournisseurs et utilisateurs de technologies d'aide à la conduite.

L' Union des usagers de la route est née à la suite de la décision du gouvernement de supprimer notamment les panneaux avertisseurs de radars et d'interdire les avertisseurs de radars.

A lire aussi:

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.