Le vieil homme a été séquestré par sa famille pendant un an, sous-alimenté, dans l'obscurité et victime de violences

La femme de 40 ans soupçonnée d'avoir séquestré son mari pendant un an dans une pièce exiguë de sa maison à Arrou a été placée en détention provisoire à la maison d'arrêt de Versailles.Son fils aîné issu d'un premier mariage et son amant présumé ont, eux, été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

La résidence où a été séquestré le vieil homme en Eure-et-loire - 31/07/10
La résidence où a été séquestré le vieil homme en Eure-et-loire - 31/07/10 (France 2)

La femme de 40 ans soupçonnée d'avoir séquestré son mari pendant un an dans une pièce exiguë de sa maison à Arrou a été placée en détention provisoire à la maison d'arrêt de Versailles.

Son fils aîné issu d'un premier mariage et son amant présumé ont, eux, été remis en liberté sous contrôle judiciaire.

Interpellées mercredi à leur domicile d'Arrou, ces trois personnes ont été mises en examen vendredi par un juge d'instruction pour violences, séquestration et abus de faiblesse sur personne vulnérable. Elles sont soupçonnées d'avoir séquestré la victime dans une buanderie fermée à clé pendant un an et de l'avoir violenté et sous-alimenté.

La victime, consciente et lucide, selon une source judiciaire, a été admise à l'hôpital dès mercredi. Malvoyant depuis plusieurs années, l'homme est désormais aveugle, eu égard aux conditions de sa vie durant sa séquestration.

Le conseil général d'Eure-et-Loir avait fait une déposition auprès du parquet pour disparition inquiétante. L'institution était en effet sans nouvelles de l'octogénaire depuis plusieurs mois. Le parquet avait alors confié l'enquête aux gendarmes qui se sont rendus à son domicile mercredi.

Par ailleurs, d'importantes sommes d'argent qui appartenaient à la victime auraient été détournées depuis plusieurs mois. Durant leurs interrogatoires, les suspects n'ont donné aucune explication sur leurs motivations.

L'épouse de la victime avait sollicité la presse locale en avril 2009 et appelé à la générosité du public afin de récolter de l'argent pour aider le quotidien de sa fille devenue hémiplégique, et décédée il y a quelques mois d'une tumeur cérébrale.