Cet article date de plus de neuf ans.

Grève dans les aéroports : Air France assurera 60% des vols longs-courriers mercredi

La compagnie, qui a annulé "à chaud" des dizaines de vols, assurait en début de journée être en mesure d'assurer la moitié de ses vols longs-courriers et 70% de ses vols courts et moyens-courriers. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Sur le tarmac de l'aéroport de Toulouse-Blagnac (Haute-Garonne), le 6 février 2012.  (REMY GABALDA / AFP)

Le mouvement contre le service garanti perdure. Air France a annoncé mardi 7 février pouvoir assurer mercredi 60% de ses vols longs-courriers et 70% de ses vols courts et moyens-courriers. Au deuxième jour de la grève dans le secteur aérien, Air France, la compagnie la plus touchée, a été contrainte à des annulations de dernière minute. Les perturbations touchent aussi d'autres compagnies, comme easyJet, qui a dû annuler plusieurs vols au départ de France lundi.

Les salariés travaillant au sol comme dans les airs protestent contre un texte sur le service garanti, voté fin janvier par les députés et encadrant davantage le droit de grève dans le secteur aérien.

Des vols annulés "à chaud"

La compagnie a expliqué à la mi-journée avoir annulé "à chaud"  20% de ses vols prévus, mais n'a pas voulu préciser le nombre d'annulations effectuées en amont ce week-end. "C'est difficile à estimer, car il y a des annulations, mais aussi des capacités renforcées sur certains vols et des affrètements d'avions", explique-t-elle. AirFrance a indiqué avoir réalisé mardi plus de 70% de son programme long-courriers, au-delà de ses prévisions qui tablaient sur un vol sur deux, et 70% des autres vols, conformément à ce qu'elle prévoyait la veille.

Vendredi, la compagnie, qui transporte de 130 000 à 150 000 passagers par jour et représente 50% des vols à Roissy et Orly, avait assuré qu'elle pouvait maintenir 80% de ses vols courts et moyens-courriers et 85% des longs-courriers. Néanmoins, les passagers ont été prévenus en amont des possibilités de fortes perturbations : dimanche, Aéroports de Paris leur conseillait de consulter leur compagnie aérienne ou de s'informer par téléphone ou sur internet, pour avoir confirmation du maintien de leur vol pendant la période de grève.

France 2

Les pilotes fortement mobilisés ?

La grève, menée par tous les syndicats du transport aérien, est marquée par une forte mobilisation des pilotes. Le syndicat national des pilotes de lignes (SNPL), très majoritaire chez Air France, a annoncé mardi un taux de grévistes supérieur à 60% parmi les pilotes de la compagnie"Le taux de grévistes est proche de celui d'hier, mais il y a de plus en plus d'annulations car le réservoir de non-grévistes diminue", a ajouté le président du SNPL.

Un chiffre qui n'est pas celui donné par la direction d'Air France après son dernier comptage en début de soirée. Selon la compagnie, ce sont seulement 30% de pilotes et 15% d'hôtesses et de stewards qui ont suivi la grève mardi.

 

Le texte au Sénat le 15 février

Une mobilisation aussi large dans les aéroports est inhabituelle : représentés par les grandes confédérations syndicales, les personnels navigants et de cabine (pilotes, hôtesses, stewards) ainsi que les personnels au sol (agents d'escale, ravitailleurs, bagagistes, mécaniciens...) protestent contre la proposition de loi UMP visant à encadrer le droit de grève dans le transport aérien. Ils voient dans ce texte une tentative du gouvernement de "restreindre ce droit".

L'appel à la grève a été lancé jusqu'au 9 février. Dans la semaine qui suit, le texte du député des Bouches-du-Rhône Eric Diard, adopté le mois dernier à l'Assemblée en première lecture, doit être examiné le 15 février au Sénat. Il prévoit notamment d'imposer aux grévistes de se déclarer individuellement 48 heures à l'avance. Il stipule aussi un devoir d'information pour les compagnies, avec des prévisions de trafic 24 heures à l'avance.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.