Le syndicat de médecins libéraux (CSMF) annonce dimanche qu'il quitte les discussions sur la nouvelle convention

Au coeur des négociations figure une nouvelle convention médicale, l'actuelle signée en 2005 arrive à échéance en février 2010.Déplorant un "mépris" du gouvernement, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) dénonce des discussions où "ceux qui négocient ne sont pas ceux qui décident" et appelle les médecins "à rentrer en résistance".

La ministre de la Santé Roselyne Bachelot est favorable au report des négociations
La ministre de la Santé Roselyne Bachelot est favorable au report des négociations (France 2)

Au coeur des négociations figure une nouvelle convention médicale, l'actuelle signée en 2005 arrive à échéance en février 2010.

Déplorant un "mépris" du gouvernement, la Confédération des syndicats médicaux français (CSMF) dénonce des discussions où "ceux qui négocient ne sont pas ceux qui décident" et appelle les médecins "à rentrer en résistance".

L'enjeu est de taille. Le texte en question formalise les rapports entre la Sécu et les médecins libéraux, en fixant notamment les tarifs remboursables ou encore les objectifs en termes d'économies, de prise en charge des patients ou de prévention.

Alors que les discussions ont débuté ces dernières semaines, la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, n'a pas caché qu'elle jugeait plus opportun que l'essentiel de ces négociations ait lieu après les prochaines élections professionnelles chez les médecins, que le ministère souhaite organiser "avant la fin du printemps" 2010. En attendant, il plaide pour qu'un "règlement arbitral" prenne le relais de la convention médicale.

Ce n'est pas l'avis de la CSMF qui a fustigé la "complicité" d'autres syndicats, visant MG France et FMF, favorables comme la ministre à ce que les négociations aient lieu après les prochaines élections professionnelles.