Le président Nicolas Sarkozy a annoncé lundi le déblocage de 3 milions d'euros en faveur des victimes

Le président Nicolas Sarkozy est arrivé s'est rendu en Charente-Maritime et en Vendée, un des deux départements avec la Vendée les plus touchés par la tempête.La tempête Xynthia, l'une des plus violentes depuis 1999, a fait 48 morts, selon un nouveau bilan.

Route partiellement défoncée par la tempête à La Faute-sur-Mer (Vendée)
Route partiellement défoncée par la tempête à La Faute-sur-Mer (Vendée) (AFP PHOTO - FRANK PERRY)

Le président Nicolas Sarkozy est arrivé s'est rendu en Charente-Maritime et en Vendée, un des deux départements avec la Vendée les plus touchés par la tempête.

La tempête Xynthia, l'une des plus violentes depuis 1999, a fait 48 morts, selon un nouveau bilan.

On compte aussi 9 disparus, 7 en Vendée et 2 en Charente-Maritime, a annoncé la Sécurité civile. En Vendée, une soixantaine de maisons sont encore sous les eaux et les secours redoutent d'y retrouver des victimes. Les autorités s'inquiètent d'une nouvelle grande marée lundi en fin d'après-midi. 9240 sapeurs-pompiers actifs sont à l'oeuvre sur le terrain pour venir en aide aux sinistrés, a annoncé lundi le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux.

La venue de Nicolas Sarkozy sur place
S'exprimant à Aiguillon-sur-Mer (Vendée), où 25 personnes ont trouvé la mort en raison de la rupture d'une digue, Nicolas Sarkozy a promis un plan de renforcement des digues et un plan d'urgence pour l'agriculture "contre les tempêtes, les maladies et les inondations". Il a par annoncé que l'arrêté de catastrophe naturelle, qui débloque les indemnisations et permet de faire jouer les assurances pour les inondations, serait signé mardi.

"Une double mission d'inspection, (...) dont je souhaite que le premier rapport soit rendu sous dix jours, va être menée pour comprendre ce qui s'est passé et éviter de dire des choses définitives", a-t-il dit.

"Je reviendrai ici même, à l'Aiguillon, avant l'été pour tirer les conclusions structurelles de ce qu'on va faire. L'Etat ne vous laissera pas tomber", a promis le chef de l'Etat. Le passage de la tempête est "une catastrophe nationale, un drame humain avec un bilan épouvantable", a-t-il par ailleurs déclaré.

La Vendée a payé le plus gros tribut à Xynthia en raison des inondations liées à la conjonction de vents violents, de fortes marées et la rupture d'une digue entre La Faute-sur-Mer et l'Aiguillon-sur-Mer. 33 personnes sont décédées dans ce département, suivi par la Charente-Maritime avec 8 morts. Les secours ont enregistré 2 décès en Loire- Atlantique, 1 en Haute-Garonne, et 1 dans l'Yonne.

A cela, s'ajoutent trois décès indirectement provoqués par la tempête: A Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques), deux personnes ont succombé après avoir respiré les gaz d'échappement du générateur qu'elles avaient mis en route après une coupure d'électricité. Dans le Cher, un homme monté sur son toit a fait un malaise cardiaque et a été entraîné dans une chute mortelle, a ajouté le colonel Brossard.

Vents violents, forte marée, pluies diluviennes et crues de rivières ont entraîné des ruptures de digues, des chutes d'arbres, des effondrements de toiture, des dégâts dans les stations de ski pyrénéennes mais aussi des annulations de vols, des retards de train et des coupures de routes. Brice Hortefeux a souligné la "conjonction exceptionnelle" de facteurs pour expliquer le lourd bilan: grandes marées, tempête et le fait qu'elle soit intervenue la nuit, surprenant de nombreuses personnes dans leur sommeil. "C'est un phénomène qu'on "C'est un phénomène qu'on n'a pas vu depuis plusieurs siècles", a souligné le président du Conseil-général de Charente-Maritime, Dominique Bussereau, par ailleurs secrétaire d'Etat aux Transports et candidat aux régionales dans la Région Poitou-Charentes.

Près d'un demi-million de foyers français restaient privés d'électricité lundi matin. Selon ERDF, filiale de distribution d'Electricité de France, le courant devrait être rétabli mercredi soir.

Environ 170.000 usagers étaient privés lundi matin de téléphone fixe ou d'internet haut débit dans les régions Centre, Poitou-Charentes et Pays de la Loire, après le passage de la tempête. Plus de 2000 salariés de France Télécom sont à pied d'oeuvre pour rétablir les connexions. "La réparation de l'ensemble de ces lignes individuelles nécessitera de l'ordre de 2 à 3 semaines", a indiqué l'opérateur de téléphonie..

Quelles indemnisations ?
Le ministre du Commerce et de l'Artisanat, Hervé Novelli, a annoncé lundi une aide de 10.000 euros pour chacune des PME des zones sinistrées. Cette enveloppe concerne les entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 1 million d'euros hors taxes. La veille, son collègue du Budget, Eric Woerth, a annoncé des mesures fiscales en faveur des personnes et des entreprises touchées.

De son côté, le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a promis aux agriculteurs touchés pa Xynthia qu'ils seraient indemnisés par le Fonds national de lutte contre les calamités agricoles. Ce fonds "a un avantage, je peux le débloquer tout de suite, il me faut juste le recensement exploitation par exploitation pour évidemment être le plus équitable possible", a-t-il expliqué. Ceci devrait être fait "dans les jours qui viennent", a-t-il ajouté.

Les assureurs ont indiqué dimanche qu'ils indemniseraient les victimes de la tempête Xynthia, sauf pour les dégâts causés par les inondations. Ces dégâts ne seront couverts que si l'état de catastrophe naturelle est décrété.

Après le Portugal, l'Espagne et la France, la tempête Xynthia a poursuivi sa route vers le Bénélux et le nord de l'Europe. La tempête a aussi affecté une partie de la Suisse. Au moins 55 morts sont à déplorer dans l'ensemble du Vieux continent (dont, rappelons le, au moins 47 rien qu'en France).

Le président de la Commission de Bruxelles, José Manuel Barroso, a fait savoir que 'la Commission est prête à apporter son soutien aux pays les plus touchés".

En Vendée, "il faut construire plus loin"
Pour le président du Conseil général de Vendée, la catastrophe impose de nouvelles normes de construction. Les décès sont à déplorer essentiellement dans des localités de la Vendée proches de la mer, qui ont été submergées, où les habitants surpris dans leur sommeil ont été noyés.

"Sur le moyen terme, il faut construire autrement sur la côte, partout en France. L'Etat impose des normes qui sont respectées par les maires le plus souvent mais qui ne sont pas assez sévères", a dit Philippe de Villiers sur France info. Selon lui, les digues de plus en plus hautes et de plus en plus renforcées, sont anciennes et il n'est pas souhaitable de procéder à une perpétuelle consolidation.

"Partout où la terre est au niveau de la mer, il est prudent de construire plus loin", a estimé le président du Conseil général.

Gros dégâts dans les Pyrénées
La tempête Xynthia a fait de très importants dégâts matériels dans plusieurs villes et stations de sports d'hiver des Pyrénées françaises. Un homme de 35 ans a été tué par la chute d'un arbre à Luchon (Haute-Garonne).

Des vents ont soufflé jusqu'à 210 km/h sur cette zone samedi soir. La totalité des remontées mécaniques ainsi que les télécabines reliant Luchon à Superbagnères semblent inutilisables jusqu'à la fin de la saison de sports d'hiver.

Deux autres stations de sports d'hiver, Saint-Lary (Hautes-Pyrénées) et Peyragudes (à cheval sur les Hautes-Pyrénées et en Haute-Garonne) ont elles aussi subi des dégâts matériels importants. La réouverture de l'ensemble des pistes sur ces deux stations n'est pas envisagée avant mercredi prochain. Plusieurs routes d'altitude des Pyrénées étaient toujours fermées à la circulation lundi matin.

Les causes de la violence du phénomène
La présence, beaucoup plus au sud que d'habitude, d'un courant froid de haute altitude (courant-jet) avec en basse couche une grande masse d'air chaud, est à l'origine de la tempête qui a touché la France ce week-end, a expliqué à l'AFP Hubert Dreveton, chef prévisionniste à Météo France.

"Les tempêtes sont assez habituelles en février sur la France, mais celle-là est d'une ampleur et d'une intensité très au-dessus de ce qu'on observe habituellement." Xynthia, "assez nettement en-dessous de celle de décembre 1999", s'avère tout de même "très remarquable", selon lui, pour les quatre départements placés samedi en vigilance rouge. Ces tempêtes s'expliquent par la conjonction d'un courant-jet (jet stream en anglais) en haute altitude, avec des vents d'ouest rapides et très forts, et d'une masse d'air chaud en basse couche, dans les 1500 premiers mètres de l'atmosphère. "L'interaction entre les vents d'altitude et les anomalies chaudes en basse couche entraîne un creusement, c'est à dire une baisse de la pression, et la formation d'une dépression" ou "cyclogenèse".

Le creusement d'une dépression sur l'Atlantique a balayé le Portugal (un mort y a été déploré), puis l'Espagne (3 morts) et la France. Sa trajectoire allait de la Corogne (Espagne) à la Normandie avant de se déplacer vers le Bénélux (1 mort en Belgique), l'Allemagne (2 morts) puis le Danemark dimanche soir.

L'UE offre son aide
"La Commission de Bruxelles prête à apporter son soutien aux pays les plus touchés", à commencer par la France, a fait savoir lundi le président de la Commission de Bruxelles, José Manuel Barroso.

Le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, Pierre Lellouche, se rend lundi à Bruxelles pour discuter de cette aide avec le commissaire compétent sur ce dossier.

Un Fonds de solidarité de l'Union européenne (FSUE) a été créé après les inondations qui avaient touché l'Europe centrale au cours de l'été 2002. Il permet d'accorder des aides financières pour des mesures d'urgence aux Etats touchés par des catastrophes naturelles majeures. En principe, ses interventions sont limitées au financement d'opérations d'urgence face à des dégâts non assurables: remise en état d'infrastructures ou hébergement provisoire, par exemple. Les dégâts subis par les particuliers et les pertes de revenus ne peuvent pas faire l'objet d'un dédommagement.

Trêve dans la campagne électorale
Candidat aux élections régionales en Poitou-Charente et président du conseil général de Charente-maritime, Dominique Bussereau, par ailleurs secrétaire d'Etat aux Transports, a confirmé qu'il suspendait sa campagne électorale.

Sa rivale PS Ségolène Royal, présidente sortante du Conseil régionale, a annoncé de son côté qu'elle avait installé une partie des services de son Conseil régional à La Rochelle, pour favoriser l'aide aux sinistrés. Elle s'est refusé à critiquer les services de l'Etat.

"Personne ne pouvait prévoir la concomitance des trois phénomènes météo (...) C'est toujours difficile de porter des accusations après coup", a-t-elle dit. "Il va falloir reconstruire des digues suffisamment puissantes, solides et hautes. Elles sont très anciennes, n'étaient peut-être pas faites pour supporter un tel choc. Il faut maintenant en tirer les conséquences", a-t-elle ajouté.
Le site météo sur france2.fr Le site météo sur france3.fr