Cet article date de plus de dix ans.

Le piratage du site de Charlie Hebdo aurait été revendiqué par un groupe de hackers turcs.

Selon une information du Nouvel Observateur, l'action de piratage du site Internet de Charlie Hebdo aurait été revendiquée par le groupe Ankincilar.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La une du site de Charlie Hebdo depuis le hacking d'un groupe de pirates turcs. (CHARLIE HEBDO / AFP)

Selon une information du Nouvel Observateur, l'action de piratage du site Internet de Charlie Hebdo aurait été revendiquée par le groupe Ankincilar.

Le groupe aurait alors déclaré : "Charlie Hebdo est devenu notre cible après cet affront à nos valeurs religieuses. Puisqu'il est méprisant envers notre prophète, nous avons mis notre contenu sur la page d'accueil (du site ndlr) pour protester".

Les hackers turcs ont ajouté sur fond de menaces : « Vous continuez de maltraiter le prophète Mahomet avec des dessins dégoûtants et honteux en prétextant la liberté d"expression », « Nous serons votre malédiction sur le cyberespace.»

Akincilar se dit responsable de l"attaque de 1.500 sites américains, de centaines de sites israéliens, de sites web populaires qui attaquent leurs valeurs religieuses, de milliers de sites pornographiques et satanistes, et enfin ils revendiquent le piratage du réseau social des Anonymous de cet été. Les auteurs du hacking ont par contre démenti avoir un lien avec l'attaque au coktail molotov survenue dans le nuit de mardi à mercredi. Ils précisent ne pas soutenir ce genre d'attaque violente.

La page Facebook va être fermée

Faute de ne plus avoir de site Internet, l'équipe de Charlie Hebdo a décidé de créer un blog. Les rédacteurs se définissent comme des "SDF du net" puisque, hormis le hacking de leur site, c'est au tour de Facebook de vouloir fermer leur page, innondée depuis l'incendie de commentaires souvent extrêmes dénonçant la "Une scandaleuse" du journal rebaptisé . Le dernier "post" de Charlie Hebdo sur sa page a été commenté plus de 14 000 fois, parfois de manière très violente, en français ou en arabe.

Sur le nouveau blog de la rédaction est indiqué : "Facebook trouve également que la Une publiée par Charlie contrevient aux règles d'utilisation du site qui, précise-t-on dans un message surréaliste, interdisent les publications avec des contenus graphiques, sexuellement explicites ou avec des corps trop dénudés."

Trois membres de la rédaction sous protection policière

Charb, le directeur de la publication, le dessinateur Luz et le directeur de la rédaction, Riss, ont été placés sous protection policière en raison des menaces proférées à leur encontre, a déclaré jeudi Patrick Pelloux, l'un des chroniqueurs du journal : «Ils sont sous protection policière rapprochée. La police ne veut pas prendre de risques.»

L'équipe de Charlie Hebdo avec Patrick Pelloux, Cabu, Charb et Luz.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.