Le parti majoritaire va devoir payer une forte somme pour avoir utilisé une chanson dont il n'avait pas les droits

L'affaire a été révélée par le site rue89.L'UMP avait repris, sans l'accord de la maison de disques Musicor, le tube "Tous ceux qui veulent changer le monde", interprétée par la Québécoise Marie-Mai, dans un clip diffusée sur internet.

L'affaire a été révélée par le site rue89.

L'UMP avait repris, sans l'accord de la maison de disques Musicor, le tube "Tous ceux qui veulent changer le monde", interprétée par la Québécoise Marie-Mai, dans un clip diffusée sur internet.

Dans ce "lipdub", censé réveiller l'ardeur des jeunes militants, des personnalités et des ministres UMP chantent et dansent avec plus ou moins de bonheur.

Le clip n'avait pas suscité un grand enthousiasme, même dans la majorité mais il a fait l'objet d'un "buzz" important sur Internet et a été vu près de 800.000 fois en trois semaines sur la plateforme de vidéos Dailymotion.

Musicor avait refusé en mai que la chanson "Tous ceux qui veulent changer le monde" soit reprise par l'UMP. Ce choix avait été fait non contre l'UMP mais "dans un esprit non partisan", a expliqué à rue89 l'avocate de la maison de disque. "Ils sont passés outre et nous ont mis devant le fait accompli", a ajouté, Me Christine Maestracci.

Un protocole d'accord devrait être signé entre la Musicor et l'UMP. Le montant de la somme à payer par ce dernier n'est pas encore connu. Cette somme "sera plus élevée mais dans le même ordre de grandeur" que les 32.500 euros versés par le parti présidentiel en avril pour avoir utilisé frauduleusement la musique du groupe américain MGMT lors de réunions publiques, précise l'avocat de la formation politique, Me Philippe Blanchetier.