Le parc national de La Réunion et la Cité épiscopale d'Albi (Tarn) ont été inscrits ce week-end au Patrimoine mondial

Le parc de La Réunion couvre environ 40 % de la surface de cette île tropicale et volcanique, où le volcan piton de la Fournaise entre régulièrement en éruption.La Cité épiscopale d'Albi, qui couvre 63 hectares, est notamment réputée pour la cathédrale Sainte-Cécile (1282), puissant édifice en brique de style méridional.

Flot de lave s\'écoulant du piton de la Fournaise le 3 mai 2007
Flot de lave s'écoulant du piton de la Fournaise le 3 mai 2007 (AFP - RICHARD BOUHET)

Le parc de La Réunion couvre environ 40 % de la surface de cette île tropicale et volcanique, où le volcan piton de la Fournaise entre régulièrement en éruption.

La Cité épiscopale d'Albi, qui couvre 63 hectares, est notamment réputée pour la cathédrale Sainte-Cécile (1282), puissant édifice en brique de style méridional.

Le périmètre retenu comprend aussi le palais de la Berbie, l'église Saint-Salvi et son cloître, le Pont-Vieux et une partie des berges du Tarn.

Albi et La Réunion sont les 34e et 35e site français inscrits au Patrimoine mondial. La Réunion est le 4e site naturel français inscrit, après le golfe de Porto (Corse), le Mont-Perdu, dans les Pyrénées, et les lagons de Nouvelle-Calédonie.

Après Albi, dans le Sud-Ouest, l'UNESCO a déjà distingué dans cette zone de la France la cité médiévale de Carcassonne, les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, le canal du Midi et le Mont Perdu (avec le cirque de Gavarnie).

Brasilia (Brésil) accueille depuis le 25 juillet la 34e session du Comité du patrimoine mondial, réunion organisée en partenariat avec l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO).

La Cité épiscopale d'Albi
La Cité épiscopale d'Albi est considérée comme l'un des plus grands ensembles urbains construits en brique de terre cuite au monde. Sa couleur a valu au chef-lieu du Tarn son surnom de "ville rouge".

Elle est construite autour de la cathédrale Sainte-Cécile, une église fortifiée construite entre 1282 et 1480 avec pour objectif de proclamer l'autorité des évêques après la croisade menée contre l'hérésie des Albigeois (1208-1249).

Modèle exceptionnel de gothique "méridional", la cathédrale est aussi réputée pour sa voûte peinte, la plus grande du monde, son porche gothique flamboyant et ses fresques des XVe-XVIe siècles, inspirées de l'art flamand et de la Renaissance italienne.

A côté, se trouvent le palais-forteresse de l'évêque, la Berbie, avec son donjon massif, puissant et austère, ainsi que le Pont-Vieux qui enjambe la rivière du Tarn et l'église collégiale Saint-Salvi. Le palais de la Berbie abrite depuis 1922 un musée consacré au peintre Henri de Toulouse-Lautrec, né à Albi.

Le périmètre retenu pour le classement au patrimoine mondial s'étend sur près de 20 hectares et quatre quartiers d'origine médiévale aux ruelles étroites bordées de maisons à colombages : Castelviel, Castelnau, le bourg Saint-Salvi et les Combes et berges du Tarn.

Le parc de La Réunion
Le périmètre retenu par l'UNESCO, qui correspond à celui du parc national de la Réunion créé en 2007, abrite "des forêts subtropicales, des forêts tropicales humides et des landes. Il constitue une remarquable mosaïque d'écosystèmes et de paysages visuellement séduisants", a déclaré l'UNESCO dans un communiqué. La Réunion abrite 230 espèces végétales uniques au monde.

Apparue à la surface de l'océan Indien il y a seulement trois millions d'années, l'île est en fait constituée de deux massifs volcaniques d'âge différent.

Malgré ses dimensions réduites (2.500 km2), la Réunion culmine à 3070 mètres, au piton des Neiges. Son relief profondément érodé offre des panoramas vertigineux où des remparts naturels de plusieurs centaines de mètres de hauteur sont les lignes directrices des paysages.

Même l'écosystème local a été bouleversé par l'arrivée de l'homme, il y a près de quatre cents ans, plus d'un tiers de la surface de l'île a conservé ses caractéristiques originelles.

Les nouveaux sites classés

Une vingtaine de nouveaux sites ont été ajoutés à la liste du Patrimoine mondial de l'humanité, a annoncé dimanche l'Unesco.

Il s'agit du quartier des canaux construite à la fin du XVIe siècle et au XVIIe siècle à Amsterdam (Pays-Bas), de la cité impériale de Thang Long-Hanoi (Vietnam), des monuments historiques de Dengfeng (Chine), du site archéologique de Sarazm (Tadjikistan), de la Cité épiscopale d'Albi (France), du bazar historique de Tabriz (Iran), d'At-Turaif à ad-Dir'iyah (Arabie saoudite), de sites de bagnes en Australie, du site d'observation astronomique Jantar Mantar de Jaipur (Inde), de l'ensemble du Khanegah et du sanctuaire soufi de Cheikh Safi al-Din à Ardabil (Iran), de l'atoll de Bikini, théâtre d'essais nucléaires américains (Iles Marshall), des villages claniques historiques de Hahoe et Yangdong (Corée), de la zone de conservation de Ngorongoro (Tanzanie), de la région montagneuse de forêts du Sri Lanka et de l'archipel isolé des Papahanaumokuakea des îles Hawaï (Etats-Unis).