Le Havre : sept personnes interpellées et cinq mises en examen après l'enlèvement et la séquestration d'un homme en 2020

L'enlèvement et la séquestration de l'homme en 2020 était susceptibles d'être en lien avec sa mise en examen dans une procédure d'importations de stupéfiants commises en bande organisée, selon le procureur.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le 14 décembre 2020, peu avant 6 heures, un homme résidant au Havre (Seine-Maritime) était enlevé par des individus cagoulés, gantés, avec un brassard "Police". Photo d'illustration. (LOIC VENANCE / AFP)

Sept personnes ont été interpellées mardi 22 novembre dans le cadre d'une enquête sur l'enlèvement et la séquestration d'un homme au Havre en 2020, indique le parquet de Lille vendredi dans un communiqué. Cinq personnes ont été mises en examen. Les interpellations ont eu lieu dans le cadre d'une vaste opération de police judiciaire conduite en Normandie et en Île de France.

Le 14 décembre 2020, peu avant 6 heures, un homme résidant au Havre (Seine-Maritime) était enlevé par des individus cagoulés, gantés, avec un brassard "Police", précise le parquet. Ils pénétraient dans son domicile par effraction et commettaient des violences sur sa compagne. L'homme a été libéré le 16 décembre au soir. Il avait subi des violences et avait bénéficié de dix jours d'ITT. Selon le procureur, l'enlèvement et la séquestration était susceptibles d'être en lien avec sa mise en examen dans une procédure d'importations de stupéfiants commises en bande organisée.

Quatre personnes en détention provisoire

Une information judiciaire avait été ouverte le 23 décembre 2020 pour notamment "arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire d'otage pour obtenir l'exécution d'un ordre ou d'une condition, commis en bande organisée" et "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation de crimes ou délits punis de dix ans d'emprisonnement".

Sept personnes ont été interpellées, cinq ont été mises en examen. Quatre ont été placées en détention provisoire, une d'entre elles a été placée sous contrôle judiciaire. Des perquisitions ont permis de saisir plus de 10 000 euros en espèces ainsi qu'une montre de marque Patek d'une valeur de 80 000 euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.