Cet article date de plus d'onze ans.

Le gouvernement a annoncé lundi qu'il allait mettre à contribution la filière pétrolière à hauteur de 115 millions

But: financer une revalorisation du barême kilométrique des contribuables.Avec un baril de brut à 125 dollars, la "facture énergétique atteint un niveau très pénalisant" a dit Mme Lagarde en rappelant que le pétrole représentait 45% de la consommation énergétique finale du pays et 8% des dépenses des ménages. Le sans plomb 95 a dépassé 1,53 euro/l.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
  (France 3 Champagne-Ardenne)

But: financer une revalorisation du barême kilométrique des contribuables.

Avec un baril de brut à 125 dollars, la "facture énergétique atteint un niveau très pénalisant" a dit Mme Lagarde en rappelant que le pétrole représentait 45% de la consommation énergétique finale du pays et 8% des dépenses des ménages. Le sans plomb 95 a dépassé 1,53 euro/l.

"Les acteurs de la filière pétrole ont accepté de contribuer à la réduction de la facture pétrolière des Français", a déclaré la ministre de l'Economie à l'issue d'une réunion tenue à Bercy avec les professionnels du secteur et à laquelle participaient le secrétaire d'Etat au Commerce Frédéric Lefebvre et le ministre de l'Industrie et de l'Energie Eric Besson.

Les acteurs de l'industrie pétrolière - producteurs, raffineurs, distributeurs - sont donc appelés à verser une contribution spéciale, via une taxation exceptionnelle prélevée sur leurs "provisions pour hausses de prix". "Ils mettent tous la main à la poche. Les producteurs, et notamment Total, beaucoup plus que les autres", a relevé Christine Lagarde. Concrètement, les producteurs-raffineurs contribueront pour 60% et les distributeurs pour 40%.

Les 115 millions d'euros prévus permettront de financer une mesure d'allègement fiscal pour les contribuables utilisant beaucoup la voiture dans leur travail qui bénéficieront d'une revalorisation de 4,6% du barème forfaitaire kilométrique. La revalorisation de ce barème sur les revenus 2010 avait été annoncée le 5 avril par les services du Premier ministre.

La mesure devrait bénéficier à plus de six millions de contribuables qui déclarent leurs dépenses de carburants sous la forme des "frais réels". Sont concernés cinq millions de salariés, 500.000 membres des professions libérales et 600.000 artisans, selon les estimations de M.Lefebvre.

Le président de l'Union française des industries pétrolières, Jean-Louis Schilansky, a jugé que la contribution prévue constituait "une vraie ponction sur le raffinage et la distribution française". "Cette taxe exceptionnelle viendra s'ajouter à leurs charges", a-t-il dénoncé.

Du côté des associations de consommateurs, l'UFC-Que Choisir juge que la mesure d'allègement fiscal est "une goutte d'eau dans un océan d'attente", et ne concerne qu'un public "assez restreint".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.