La tête de liste UMP-NC dans le 92 pour les régionales d'Ile-de-France est mis en examen dans l'affaire Hamon

Cette affaire porte sur la création avortée d'une fondation d'art contemporain sur l'île Saint-Germain, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), ville dont il est député-maire. La mise en examen porte sur "prise illégale d'intérêt", "faux et usage de faux" et "détournement de fonds publics".

André Santini
André Santini (AFP - Thomax Coex)

Cette affaire porte sur la création avortée d'une fondation d'art contemporain sur l'île Saint-Germain, à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), ville dont il est député-maire. La mise en examen porte sur "prise illégale d'intérêt", "faux et usage de faux" et "détournement de fonds publics".

André Santini sera entendu le 11 février par la juge d'instruction Nathalie Andreassian à un mois du premier tour des régionales, prévu le 14 mars.

La juge Nathalie Andreassian avait clôturé son instruction en 2008 mais le procureur de Versailles lui avait demandé des investigations supplémentaires. Une demande confirmée par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles en mars 2009. "Je ne vois pas ce que pourrait apporter de nouveau cette convocation, mais je remarque que tout ceci arrive à un moment politique non négligeable pour André Santini", a commenté son avocat, Me Lafarge.

Président du Syndicat des eaux d'île-de-France (SEDIF) depuis 1983, André Santini avait quitté le gouvernement en juin 2009. Il avait alors retrouvé son siège à l'Assemblée. Il bénéficiait ainsi de la réforme constitutionnelle autorisant un membre de gouvernement sortant à retrouver son siège de parlementaire sans passer par une élection partielle.