Cet article date de plus de neuf ans.

La "Roma Pride" réclame la fin du titre de circulation pour les gens du voyage

Une "Roma Pride" a réuni 200 personnes à Paris, dimanche 7 octobre. Cette manifestation est célébrée simultanément dans quatorze pays européens. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Fernand Delage, membre de la communauté rom, montre son permis de circuler délivré par les autorités, dimanche 7 octobre à Paris. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

ROMS - La suppression intégrale du titre de circulation pour les gens du voyage, partiellement abrogé vendredi 6 octobre par la Conseil constitutionnel, était au coeur de la "Roma Pride",  qui a rassemblé environ 200 personnes à Paris. Pour cette deuxième édition, quatorze pays célébraient en même temps la manifestation, dimanche 7 octobre.

"La décision de la Cour constitutionnelle est scandaleuse. Elle valide du sceau constitutionnel une loi discriminatoire, antidémocratique et antirépublicaine", selon Benjamin Abtan, président du Mouvement antiraciste européen (Egam). A l'origine de la manifestation, il réclame également la fin des expulsions, entre autres revendications détaillées sur LePlus.NouvelObs.com. De son côté, le réalisateur Tony Gatlif a déclaré que "Nicolas Sarkozy a rallumé la mèche de la violence contre les Roms, les récents événements de Marseille ne sont que le résultat de cette politique de haine". Il était venu apporter son soutien en faisant venir des artistes et des musiciens sur une scène installée place du Panthéon.

Les Sages ont partiellement abrogé la loi de 1969 sur le statut administratif des gens du voyage. Mais ils ont maintenu le principe du titre de circulation obligatoire. Le "livret de circulation" remplace désormais le "carnet".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.