La Réunion : la brigade nautique de gendarmerie s’assure du respect des règles d’observation des baleines

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
La Réunion : la brigade nautique de gendarmerie s’assure du respect des règles d’observation des baleines
La Réunion : la brigade nautique de gendarmerie s’assure du respect des règles d’observation des baleines La Réunion : la brigade nautique de gendarmerie s’assure du respect des règles d’observation des baleines (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3 - Réunion la 1ère, A. Konen de Kerilis, W. Thevenin, F. Testa
France Télévisions
France 3
Depuis des semaines, les baleines sont de retour sur les côtes de l’île de La Réunion. Pour les observer, il faut rester à 100 mètres de distance en bateau. La brigade nationale côtière doit multiplier les contrôles.

Tous les jours, Julien Maes et la brigade nautique côtière sillonnent les eaux réunionnaises et s’assurent du respect des règles en matière d’observation des baleines. "Il y a très peu d’infractions. On se rend compte que les conditions d’observation, mais aussi de mise à l’eau sont bien respectées", précise Julien Maes, commandant adjoint de la brigade nautique de gendarmerie. Depuis 2021, un arrêté en vigueur a permis de rendre officielles les règles d’observation des cétacés. Sans respect de celles-ci, il n’y a pas de mise à l’eau. "On a fait un premier test avec les explications", explique une touriste.

Pas plus de neuf personnes à l’eau

"On met un point d’honneur à respecter la tranquillité. Et en même temps, on est un des rares endroits à pouvoir encore les observer. Autant respecter ces règles-là", précise Kenny Carrou, pilote du "Dodo Palmé". Pour contrôler le large territoire, la brigade nautique dispose d’une surveillance toute la journée, de 9 heures à 16 heures. "On peut tout mesurer avec le GPS", précise Hervé Payet, enquêteur subaquatique. Il faut laisser une distance de 100 mètres entre le bateau et les baleines, et ne pas mettre plus de neuf personnes en même temps à l’eau.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.